ID de suivi UA-65326999-1

24/07/2021

FESTIVAL DU TOÛNO: ENTRE MOTS ET NOTES

Pour la pianiste Michèle Courvoisier, amoureuse des livres
et du Val d'Anniviers, mots et notes se conjuguent
tout naturellement.
Encore faut-il les entendre, les écouter.
D'où la naissance, en 2013 déjà, de l
’Association
Entre Mots et Notes et du Festival du Toûno.

 

La pianiste est devenue secrétaire du Festival, le baryton Claude Darbellay responsable de sa programmation tandis que Christian Caloz a accepté d'en assumer la présidence. De nombreux autres bénévoles participent à la réussite de l'événement anniviard, tous emmenés  par Magali Schmidt, également membre du comité et responsable du lien avec les habitants.

Depuis 2013, le Festival du Toûno conjugue avec bonheur littérature et musique sous différentes formes. Des mots aux notes de musique, il n'y avait qu'un pas. Cet événement incontournable du val d'Anniviers a immédiatement rencontré son public. Le programme du Festival a d’ailleurs valu à ses organisateurs le Mérite culturel de la Commune d’Anniviers. 

Chaque année, durant une belle semaine, le Festival du Toûno propose à Saint-Luc des soirées littérature et musique (mots et notes) en plus d'un concert de plus grande envergure à l’église de Vissoie. Le spectacle d’ouverture a lieu sur la place du village.

Toûno 2021
Au programme de cet été 2021, du 2 au 7 août, voici des apéritifs littéraires dans des lieux magiques, des rencontres littéraires avec les écrivains invités, des cartes blanches à des comédiens pour des moments plus intimes sans oublier un spectacle pour enfants. Pas moins de septante intervenants partagent leurs talents avec le public.

Entre autres points forts de cette édition, j'ai retenu: 
Le mardi 3 août, à 20 h., à la salle communale, des œuvres de Schubert, Rossini, Donizetti et Bernstein interprétées par la soprano Laure Barras,  le ténor Gabriel Courvoisier et la pianiste Irène Puccia.

barrasLaure.png

La jeune soprano Laure Barras

 

Le jeudi 5 août, à 11 h,  à la salle bourgeoisiale de St Luc, un hommage à Philippe Jaccottet.

philippe-jaccottet.jpg

A 19 h. 30, à l’Eglise de Vissoie, l’Opéra Cosi fan tutte de Mozart, avec les solistes Laura Andres, Elise Efremov, Stéphanie Guérin, Rémy Burnens, Vincent Casagrande et Claude Darbellay sous la direction de Gilles Colliard.

Claude_Darbellay1.jpg

Le baryton Claude Darbellay

 

L'Aire à Toûno

Pour ma part, le vendredi 6 août, à 11 heures, je participerai à un apéritif littéraire, avec la complicité de Jean-Marie Félix, aux Moulins de Saint-Luc.
Le même jour, à Saint-Luc, Alain Bagnoud, lui aussi publié aux Editions de L'Aire, présentera son roman La vie suprême à 18 h.30  à la salle bourgeoisiale de St Luc (avec Perrine Le Querrec) sous la houlette de Marlène Métrailler.  Une lecture de son dernier livre et de celui de Perrine Le Querrec sera donnée par Anne Salamin et Jacques Maître à 20 heures à la salle communale du village.

Val d'Anniviers mythique

Ce sera une joie immense de retrouver le val d'Anniviers qui m'est cher depuis mon adolescence et que m'a fait découvrir René-Pierre Bille, le photographe et cinéaste animalier, frère de Corinna Bille et ami d'Ella MaillartAvec ses aroles et ses mélèzes, ses gentianes et ses rhododendrons, le val d'Anniviers est un parfum.

AVT_Rene-Pierre-Bille_4827.jpg

René-Pierre Bille lors de ses débuts de cinéaste dans le val d'Anniviers

Quant aux êtres que j'y ai côtoyés, des Bille et Chappaz à Ella Maillart, de Gui-Michel Caillat  à la famille Adenauer, ils sont une page indélébile de mon journal personnel.

Alors, pour les mots et les notes, écrivains, musiciens et comédiens, et pour la beauté du val d'Anniviers, à bientôt à Saint-Luc!

Le programme complet du Festival est à voir sur www.festivaldutouno.ch/272.html

 

 

 

 

18/05/2021

ISRAËL-PALESTINE: YEHUDA ET MAHMOUD

Mon coeur se déchire à la vision des scènes de violence
qui défigurent aujourd'hui Israël et la Palestine. 
Rappel de quelques dates gravées dans ma mémoire.

En septembre 1967, trois mois après la Guerre des Six Jours, à Jérusalem Est, j’avais sympathisé avec des Palestiniens chrétiens qui devinrent Israéliens après avoir été Jordaniens. J’avais aussi cueilli des pommes au kibboutz de Kfar HaMacaby au-dessus de Haïfa. 
En 1969, à Beyrouth, sous la houlette de l’UNRWA, j'ai «visité» des camps de réfugiés palestiniens où la plupart croupissaient depuis 1948. 
Ils se demandaient s'ils reverraient un jour la maison qu’ils avaient dû abandonner en quelques heures.
En juin 1970, à Jérusalem, j'étais allée interviewer Golda Meir, alors Premier Ministre. Au terme d'un long entretien, je lui avais rapporté ce que j’avais vu «de l’autre côté» (Liban, Jordanie). Elle avait demandé à un officier de me conduire au kibboutz de Kiryat Shmona, près de la frontière libanaise. Les enfants logeaient dans les abris souterrains quand les fedayin les attaquaient du sud-Liban qu’ils avaient occupé. 
Vers 1989, à Flüeli Ranft, le village de Sant-Nicolas de Flüe, j’avais participé à un colloque réunissant Juifs et Arabes de Suisse et d’Israël. Tous croyaient à la paix et y œuvraient concrètement. Un Israélien avait même fondé un kibboutz réunissant Juifs et Arabes.
En ce mois de mai 2021, le projet de deux Etats, Israël et Palestine, cohabitant harmonieusement s’est temporairement évanoui. 
Deux poètes, l’Israélien Yehuda Amichaï et le Palestinien Mahmoud Darwich, tous deux disparus, ont lutté inlassablement pour que la Paix règne enfin sur cette terre à la fois juive, musulmane et chrétienne. Il faut les lire pour saisir que la connivence entre eux fut, est et qu'elle renaîtra.

 

UN BERGER ARABE

par Yehuda Amichaï*

images.jpeg

«Un berger arabe cherche sa chèvre sur le Mont Zion

Sur la colline d’en face je suis à la recherche

de mon petit garçon

 

Un berger arabe et un père juif

tous deux dans leur perte provisoire…

Nos deux voix se rencontrèrent au-dessus

de la Piscine du Sultan dans la vallée qui nous séparait

 

Aucun de nous ne veut que son garçon ou la chèvre

ne soit pris dans les rouages de la Had Gayah.

Après nous les trouvâmes au milieu des buissons

et nos voix rentrèrent en nous,

 

Rires et pleurs.

Chercher une chèvre ou un fils

a toujours été le commencement

d’une nouvelle religion dans ces montagnes.»

 

(1980, traduction Anne Loiseau d’après l’anglais, in Anthologie personnelle Actes Sud, hors collection 1992).

* Yehuda Amichaï (1924, Wurtzbourg, Allemagne-22 septembre 2000, Jérusalem).

 

 

LA PALESTINE EST BELLE – OUI LA PALESTINE EST BELLE

par Mahmoud Darwich**

2344326317.jpg

«Variée riche – riche en histoire

C'est une terre de mythes

de pluralismes

et elle est fertile malgré le manque d'eau

elle est modeste aussi

la nature y est modeste

c'est un pays simple

 

Voici la terre de mon poème

et dans ces terres je me sens un peu étranger

il est vrai que l'on peut se sentir étranger

même dans son propre miroir

il y a quelque chose qui me manque

et ça me fait mal

je me sens comme un touriste

sans les libertés du touriste.

 

Etre en visite me mine,

quoi de plus éprouvant que se rendre visite à soi même…»

 

Extrait d'un documentaire «Mamhoud Darwich : Et la terre comme une langue» de Simone Bitton. Les livres de Mahmoud Darwich, dans leur traduction en français, ont été publiés chez Gallimard et Actes Sud.

** Mahmoud Darwich (1941, Al-Birwa, Palestine– 2008, Houston)