ID de suivi UA-65326999-1

03/11/2021

LAURENT GALLEY: UN ENVOÛTANT SUC DES SEVES

Après Passage à gué*, 
l'écrivain genevois Laurent Galley**, à la fois essayiste et poète,
nous offre en ce mois de novembre Le suc des sèves***.
Cet opus incandescent nous confirme
 
la beauté d'une écriture
et la vastitude des horizons de son auteur.

IMG_4059.jpeg

Un regard tendre et critique, 
une œuvre généreuse et engagée, Laurent Galley en novembre 2021. 

 

Attentif aux autres et aux soubresauts de notre planète, Laurent Galley est le frère de Signac et de Debussy sans oublier Pierre Thilloy.
Cet érudit et philosophe, bibliothécaire de formation, dialogue intimement avec les oiseaux et les abeilles, tandis que les enfants et les coquelicots parsèment des chemins nimbés de lumière même quand l'orage s'annonce.

En vérité, la créativité de cet écrivain s'apparente à une source éternellement jaillissante.
Le suc des sèves est à lire et relire, à déguster et à méditer. 
Assurément, l'univers de Laurent Galley réchauffera vos cœurs et vous réconciliera avec une planète souvent malmenée mais qu'il importe de savourer, malgré tout.

Parmi beaucoup d'autres perles précieuses, voici:

 

TERRES D'ARDEUR

«Prenez les rênes de vos élans

Il y a le large, la banquise, l'océan

Partez sur vos routes magistrales

Fussent-elles parcelles intérieures

Conquerrez les terres de vos ardeurs

Et passez vaille que vaille

Sur les berges hyperboréales

Où voguent fiers et majestueux

Les oiseaux noirs de la cité des cieux».

 

 

Passage à gué, Editions de L'Aire (collection métaphores), 102 pages, 2019, en voie de traduction en roumain.

** Le suc des sèves, Editions de L'Aire (collection métaphores), 98 pages, 2021.


*** www.laurentgalley.ch  

où le blog du collaborateur de Mediapart a migré récemment et où nous pouvons retrouver ses Archives du site français.

 

 

 

17/08/2021

ANDREE CHEDID L'ETERNELLE

Andrée Chedid nous a quittés il y a dix ans déjà.
Par son œuvre et par ses petits-enfants artistes*,
elle est – et sera  – toujours avec nous. 

 

Matthieu Chedid dit continue de mettre en musique ses poèmes et de promouvoir l'héritage poétique laissé par sa mamoutch.
La poète n'avait-elle pas écrit pour son petit-fils plusieurs chansons dont Je dis Aime ? Et Matthieu, qui accompagna sa grand-mère jusqu'à son dernier souffle, n'avait-il pas écrit et composé pour elle Délivre? Cette chanson aussi belle que déchirante lui valut, l'année du décès d'Andrée Chedid, sa première Victoire de la musique. 
Andrée et Matthieu partagent les mêmes valeurs, le même sens de la fraternité et le goût des mots et de la musique. D'où leur osmose.

IMG_3064.jpeg

Andrée Chedid avec son petit-fils Matthieu
pour qui elle a écrit plusieurs chansons.

 

L'AUTRE**

Mon autre

Mon semblable

En cette chair

Qui nous compose

En ce cœur

Qui se démène

En ce sang

Qui cavalcade

En ce complot

Du temps 

En cette mort

Qui nous guette

En cette fraternité

De nos fugaces vies

Mon semblable

Mon autre

Là où tu es

Je suis».         

 

QUELQUES IMAGES

 

Unknown.jpeg

Andrée Chedid en 1987, à Paris.

photo: g.favre

Unknown-1 (1).jpeg

... et à Sion, en 2004.

photo: R.Bettex

IMG_0550.jpeg

Avec son mari Louis Selim Chedid en 2004 à Sion lors de la parution
de leur livre commun BABEL, fable ou métaphore, aux Editions Z.

photo: R.Bettex

 

3460233783.jpeg

Matthieu avec son grand-père, Louis Sélim, en 2001 à Paris,
peu après la disparition d'Andrée Chedid.

photo: g.favre

 

* En août, durant une semaine, Le Monde a publié une série intitulée Les Chedid, une dynastie d'artistes où furent présentés les artistes Louis, Emilie, Matthieu****, Joseph, Anna et Billie, la fille de Matthieu. Sans oublier Louis Selim Chedid, le scientifique et philosophe. 

** In Rythmes, Editions Gallimard, 124 p, 2002. Le roman L'Autre (livre qu'Andrée Chedid considérait comme le plus important de son œuvre après la poésie) est paru en 1969 aux Editions Flammarion. Bernard Giraudeau l'adapta au cinéma en 1991.