ID de suivi UA-65326999-1

19/03/2020

ANDREE CHEDID (2) CENT ANS ET INTEMPORELLE

 Andrée Chedid, poète, romancière,
auteur dramatique et nouvelliste,
disparue en 2011,
aurait eu cent ans le 20 mars.
L'auteur de «la fraternité», comme elle fut appelée,
était aussi un modèle d'humanité et d'humilité.
Couronnée par de nombreux prix,
dont le Goncourt de la Poésie et de la Nouvelle,
son œuvre continue à nous éclairer.

Témoignage personnel

J'ai rencontré pour la première fois Andrée Chedid en 1987 à mon retour du Liban où j'étais allée recueillir la voix d'enfants victimes de la guerre. Sur le conseil de Françoise Dolto, je lui avais demandé une préface pour mon livre ce qu'elle avait d'emblée accepté. Et c'est dans sa préface que j'avais trouvé le titre de mon livre: L'Hirondelle de vie.*

favrehirondelle.jpeg

«Tous ces enfants singuliers, dissemblables, qui ont tellement enduré et dont les voix pourtant s'unissent pour suggérer d'autres engagements, pour amorcer d'autres espoirs...» avait-elle écrit et décrété: «Non, ce n'est pas «l'oiseau mort» que l'on trouve au fond de leurs poitrines. C'est l'hirondelle de vie!»

Unknown.jpeg

Andrée Chedid à Paris en 1987.

photo: gf

 

Dès 1987, nous avions noué une profonde amitié et nous étions souvent retrouvées en tête-à-tête et en famille. A Paris et en Suisse, entre Lausanne, Genève et le Valais où, avec son mari, elle passa notamment chaque été, durant plus de trente ans,  à Loèche-les-Bains qu'elle nommait «Leukerbad».

images.jpeg

Sous le ciel de Loèche-les-Bains en 2002 avec son époux, en 2004.

photo: gf

 

De la poésie «clé de voûte»...

En 1990, dans un entretien pour la revue littéraire ECRITURE**, Andrée Chedid  m'avait précisé, comme je l'interrogeais sur les divers genres littéraires qu'elle pratiquait (poésie, roman, nouvelle, pièces de théâtre, essais) : «Pour moi, la clé de voûte, c'est la poésie. Elle est le fond de toute expression humaine». Et lorsque je lui avais demandé de choisir parmi tous ses livres un ou deux titres seulement, elle avait répondu: «Ce serait L'Autre*** et les poèmes car, en peu de mots, ils expriment le fond de mes aspirations, ils évoquent cette constante interrogation sur la vie, sur la mort et sur le passage si bref entre l'un et l'autre. Aussi du besoin d'aller à la rencontre des êtres».

...  à Maurice Chappaz...

En 2005 sous le ciel de Sarreyer, Andrée Chedid fit connaissance avec Maurice Chappaz. Les deux poètes se dédicacèrent mutuellement les ouvrages publiés à un an d'intervalle chez Seghers (collection Poètes d'aujourd'hui) qui leur avaient été consacrés: Andrée Chedid, par Jacques  Izoard (2004) et Maurice Chappaz, par Christophe Carraud (2005). 
Andrée et Maurice s'étaient revus dans le val de Bagnes en 2006. Andrée Chedid  avait récité par cœur ces mots du poète: 

« Quel est donc parmi les savants

celui qui m'enseignera la tendresse ?» 

Et les poètes s'étaient embrassés. Et Andrée avait aussi été émerveillée par L'Abbaye du Châble et interloquée par les exercices acrobatiques de gymnastique dont Chappaz avait fait la démonstration.

...et à BABEL

Andrée et Louis Antoine Chedid avaient confié aux Editions Z, à Lausanne et Sarreyer, de publier leur livre à deux voix: BABEL, Fable ou métaphore. Dans le premier récit, Andrée faisait entendre la voix d'Aél, une Babylonienne contemporaine de la Tour et celle de Léa, une femme d'aujourd'hui. Dans le second récit, Louis Chedid se demandait si BABEL n'était pas une métaphore. Riche de sens, celle-ci «questionnerait à la fois notre vision du Divin, notre compréhension du langage et même le pouvoir de l'ordinateur» selon les mots du scientifique Louis Chedid.

370-LouisAndrée-17-300x225.jpg

Photo: rb

 Andrée et Louis Antoine Chedid à Sion en 2004 lors de la sortie de presse,
aux Editions Z,  
de BABEL, fable ou métaphore****

 

710-Babel-ok-1.jpg

 

 

 

L'Hirondelle de vie, chronique des enfants du Liban, préface d'Andrée Chedid, Editions de L'Aire, 1988 (épuisé).

** ECRITURE 56, Entretien avec Andrée Chedid, printemps 2000.

**** L'Autre, roman, 1969 (rééditions en.....disponible collection de poche Flammarion). 

**** Babel, fable ou métaphore, Andrée et Louis Antoine Chedid, Editions Z, (http://editionz.ch/livres), 2002.

 

 

 

 

 

 

10:48 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, France, Lettres, Monde, Solidarité, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |

17/03/2020

ANDREE CHEDID (1) DEUX POEMES D'ACTUALITE

Andrée Chedid aurait eu cent ans le 20 mars 2020.
Son petit-fils, Matthieu, qui accompagna tendrement sa grand-mère
 durant sa longue traversée au Pays d'Alzheimer,
devait l'évoquer le 18 mars à la Grande Librairie (sur la 5). 
L'émission a été reportée pour des raisons d'actualité. 
Matthieu Chedid a signé la préface de Textes pour un poème* 
paru ce mois chez Gallimard
et mis en musique plusieurs des textes de sa grand-maman.
.

arton10895.jpg

 

IMG_3064.jpeg

 

Matthieu Chedid enfant avec sa grand-mère
(copyright: Andrée Chedid 
Seghers Poètes d'aujourd'hui).

 

3460233783 (1).jpeg

Et en compagnie de son grand-père Louis Antoine Chedid à Paris, mai 2011.

photo: gf

 

DEUX POEMES


POUR AUJOURD'HUI

 

Toi - moi**

 

«Par l'univers-planète univers à toute bride 

Par l'univers-bourdon dans chaque cellule du corps

Par les mots qui s'engendrent 

Par cette parole étranglée 

Par l'avant-scène du présent 

Par vents d'éternité

Par cette naissance qui nous décerne le monde

Par cette mort qui l'escamote

Par cette vie

Plus bruissante que tout l'imaginé

 

TOI

Qui que tu sois! 

Je te suis bien plus proche qu'étranger».

 

 

L'autre ***

«Mon autre

Mon semblable

En cette chair

Qui nous compose

En ce cœur

Qui se démène

En ce sang

Qui cavalcade

En ce complot

Du temps

En cette mort

Qui nous guette

En cette fraternité

De nos fugaces vies

Mon semblable

Mon autre

Là où tu es

Je suis».

 

 

 

 

 

 

Textes pour un poème suivi de Poèmes pour un texte, préface de Matthieu Chedid, Editions Poésie/Gallimard, 2020.

** In Poèmes pour un texte, Flammarion, 1991réédité chez Gallimard, 2020.

*** In Rythmes, Editions Gallimard, 2003.

 

 

 

17:22 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Lettres, Monde, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) |