ID de suivi UA-65326999-1

01/09/2012

DES ETOILES: DE BEYROUTH A MORGES

Après le SALON DU LIVRE FRANCOPHONE DE BEYROUTH, en novembre dernier,
celui de Genève, le
28 avril 2012, Sion, le 29 août,  mes Etoiles seront au salon littéraire
Le livre sur les quais, à Morges. Le 8 septembre, j'ai participé à la table ronde Récits de vie avec Raymond Durous et Pascal Rebetez. Celle-ci fut animée par Sita Pottacheruva (de 11 h à 12 h 15 à l'Arsenal). Vous avez été très nombreux à nous rejoindre sous la «tente des auteurs»

et je vous en remercie.
Au fait, comment ce récit très personnel  a-t-il été accueilli ? Parmi d'autres, voici quelques réactions de Suisse, de France, du Liban et d'ailleurs...

 

Couv_Favre.jpg

 

Présentation par l'Editeur, Michel MORET

Le père de l’auteur n’a jamais pu lire un de ses livres – il était à demi illettré -, mais il connaissait le langage des oiseaux et autres trésors de la nature. Gilberte Favre a dû attendre sa mort pour découvrir l’indicible de son enfance, clé de tant de mystères. Sur le chemin de l’écriture et de la vie, elle a cependant eu le privilège de compter sur un guide précieux, le « Père-Poète », Maurice Chappaz. De la Suisse au Hoggar, en passant par le Liban et le Kurdistan, son itinéraire est notamment éclairé par des personnalités aussi lumineuses qu’Andrée Chedid, Eleni Kazantzaki, Ghassan Tuéni. Ce livre peut être considéré comme un chant d’amour et de reconnaissance à son père, à son père spirituel et à ses amis d'ici et d'ailleurs, mais il est aussi le récit émouvant d’une petite fille qui a trouvé son salut dans les livres.

Gilberte Favre est née en Valais (Suisse) en 1945. A douze ans, elle s’adonne à la poésie. Une poésie qui donnera le ton à sa vie. Tous ses voyages, que ce soit une visite de la tombe de Rimbaud, ses pérégrinations au Moyen-Orient, au Vietnam, ou dans le Sahara, seront considérés comme des pèlerinages ou des initiations. Cette ferveur dans la vie se retrouve dans tous ses livres.

Biographe de Corinna Bille, épouse d’un écrivain, Gilberte Favre garde une lueur orientale dans ses yeux d’enfant. Lueur qu’elle nous restitue dans tous ses écrits. Elle vit entre le Valais et Lausanne.






  

LA VOIX DES ECRIVAINS...

«Votre livre élève un magnifique tombeau à votre mère et à votre père... J'ai aimé que vous inscriviez vos souvenirs, de leur vie, de la vôtre, à tous ceux qui nous sauvent, poètes, écrivains...»

Annie ERNAUX

 «Avant que son nom n'apparaisse dans ton livre, j'ai pensé à Mahler, à cause de ton long souffle, de la libre nécessité de ta musique. Elle te conduit, elle seule, de page en page dans l'espace de tes émotions...Tu en as écarté l'anecdote et la chronologie pour que s'entendent sans fausse note ta méditation, tes appels aux plus proches. Laisse-moi t'embrasser pour ce que tu donnes de toi et d'écrivains aimés dans tes pages cheminantes et étincelantes».

Bertil GALLAND

« Je ne savais pas que vous aviez vécu tant d’événements douloureux mais vous avez une capacité de résilience que j’admire. Le Père-poète est là, tout le long de votre parcours, par sa présence et par ses mots…»

Pierre-François METTAN

 

... ET DES LECTEURS

«Vous avez su, avec un ton et une douceur qui vous sont propres, évoquer et faire partager des moments très forts et parfois douloureux de votre existence mais aussi un certain émerveillement devant la Nature, les oiseaux et leur chant, la musique, les mots…

Les portraits de vos parents m'ont semblé si vivants et d'une telle intensité que j'ai eu parfois l'impression de les voir s'incarner en vous lisant aux différents âges de leur vie et cela m'a beaucoup ému. J'ai ainsi maintenant en tête des images de votre père soignant ses vignes qui sont belles comme des tableaux. Je me représente des paysages nimbés de la lumière si particulière à la Suisse».

Laurent (photographe, Nice).

 

«Les mots, – dans cette simple et unique orthographe – quelle belle illustration de la théorie freudienne ... Les synonymes, oui, mais aussi les associations d'idées et de concepts, c'est là qu'il faut chercher...

Finalement, il ne faut pas avoir peur de la mort, ni du mot, ni du fait, elle peut être douce, synonyme de liberté et de délivrance, et c'est peut-être la seule véritable évidence. Ton livre permet de mieux comprendre ta grande sensibilité et les pages consacrées à ton mari sont particulièrement belles ettouchantes.

 

Françoise (juriste, Paris).


«J'ai beaucoup aimé... Quand tu parles de ton père, c'est très émouvant. C'est sûrement ton meilleur livre».

Michène Chappaz


REVUE DE PRESSE

Sur les ondes de la radio

 

www.rsr.ch/#/la-1ere/programmes/le-journal-du-samedi/?date=12-11-2011(par Geneviève Bridel)

www.rhonefm.ch/fr/emissions/emissions/index.php?idContent=999&week=45

(avec Françoise Berclaz)

Radio suisse Romande, entretien en direct avec Christian Ciocca Entre les lignes:

http://medias.rsr.ch/espace-2/programmes/entre-les-lignes...

 

 

DES SITES

www.editions-aire.ch

www.salondulivrebeyrouth.org/auteurs/show/favre-gilberte

http://lechoixdeslibraires.com/librairie-21398-payot-nyon-suisse.htm

http://lasciereveuse.hautetfort.com/archive/2011/10/30/gilberte-favre-1a.html

http://lasciereveuse.hautetfort.com/archive/2011/10/30/gilberte-favre-1b1.html

www.francisrichard.net/article-des-etoiles-sur-mes-chemins-de-gilberte-favre-108595418.html

www.forumdesforums.com/modules/news/article.php?storyid=58405

http://eu.kurdistan-post.eu/yazarlar/yetishen/5886-gilbert-f-zazandn-kitabd-gzerine-hglya-yetieen.html

(en turc)