ID de suivi UA-65326999-1

19/10/2020

POEMES POUR LE LIBAN (6) Vénus Khoury-Ghata

En communion avec le Liban, 
après Nadia TuéniLaurent Costantini,
 Khalil Gibran, Andrée Chedid,
et Georges Schéhadé, 
voici un poème de la romancière et poète
Vénus Khoury-Ghata
extrait de son dernier livre paru en mars 2020.

venus-khoury-ghata-178x225.jpg

Un regard intense pour un chemin bousculé par la guerre et la vie.

 

Demande à l’obscurité*

«... Les gens en ce temps-là se saluaient

les femmes portaient des culottes en soie

les hommes des chapeaux

les couturières qui pédalaient sur leur Singer

avaient l’impression de voyager

Tabliers mouchoirs caleçons robe de mariée
se suivaient 
dans le désordre

le fil entrait de lui-même dans le chas de l’aiguille

il neigeait des pétales au moindre souffle de vent

Ce que nous prenions pour appels
étaient nos voix qui nous revenaient

la pierre qui se détachait de la montagne
ne portait aucun message».

 

 

* Vénus Khoury-Ghata, Demande à l’obscurité, Mercure de France, 2020.

 

AIDER A SAUVER LE LIBAN

Il est urgent d'aider le peuple libanais et le Liban.
Merci de contribuer à les aider en versant un don
à la Chaîne du Bonheur.
L'argent sera réparti sur place par Caritas,
la Croix-Rouge suisse,  l’Entraide Protestante (EPER),
Médecins sans Frontières, Medair
et Terre des hommes,
sous la supervision de l'Ambassade de Suisse au Liban.

CHAINE DU BONHEUR

CP 10-15000-6

IBAN: CH82 0900 0000 1001 50000 6 SWIFT: POFICHBEXXX

 

Merci de votre soutien.

 

 

 

 

03/10/2020

POEMES POUR LE LIBAN (5 ) GEORGES SCHEHADE

En communion avec le Liban, 
après Nadia TuéniLaurent Costantini,
 Khalil Gibran et Andrée Chedid,
voici un poème  de Georges Schéhadé.
Comme le disait Yannis Ritsos,
«la poésie n'a jamais le dernier mot,
le premier, toujours».

 

Unknown-1.jpeg

Le sourire du poète et dramaturge.

 

«C'est encore une fois l'automne

 

Le jardin court derrière ses feuilles

 

Personne n'est plus là:

 

Les fenêtres les gens

 

Mais le vent

 

Il y a une lune oubliée

Dans le ciel comme une figure

 

En souvenir du bel été

A boire disait une fontaine»

 

 

In Les Poésies, suivi de Portrait de Jules et de Récit de l’An Zéro, Poésie/Gallimard 2001. 

 

 

Littérature et musique pour le Liban

 

Unknown-3.jpeg

Unknown-4.jpeg

 

L'écrivain libanais
Charif Majdalani

 

La soprano suisse
Laure Barras

 

 

                                

 

La Fondation du Château Mercier et l’association
Reconstruire Ensemble 
organisent le 12 octobre à Sierre
(salle de la Bourgeoisie à 18.30),
une rencontre par visioconférence avec l'écrivain
Charif Majdalani qui publie un nouveau livre:
Beyrouth 2020, journal d'un effondrement.
L'entretien sera réalisée par Jean-Philippe Rapp.
Pour sa part, accompagnée à l'oud par Alaa Zouiten,
la soprano Laure Barras chantera
 Feyrouz.
Une belle occasion de soutenir l’association Offre-Joie,
fondée par Melhem Khalaf.

 

 

 

15:11 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Lettres, Monde, Musique, Politique, Résistance, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) |