ID de suivi UA-65326999-1

01/06/2017

BERTIL GALLAND: L’EUROPE DES SURPRISES

Qui connaît déjà la Russie et les pays de l’Est,
serait-ce physiquement
ou par sa littérature et sa musique –
sera comblé par le dernier livre
de Bertil Galland: L’EUROPE DES SURPRISES.*
Le septième tome de ses Ecrits autobiographiques 
nous conduit en effet de Prague à Moscou,
de 1956 à 1990.
Un itinéraire à travers huit pays, sans oublier les Etats baltes,
jalonné par la mémoire d’Auschwitz et Katyn.

En plus d’une nécessaire leçon d’histoire,
ce livre nous réserve bien des surprises.** 

 

Il semble que c’était hier… La chute du Mur de Berlin, l’effondrement de l’URSS et des  pays satellites vivant dans son orbite. Et avant-hier, c’était les récits de la Kolyma, l’emprisonnement des dissidents, Vaclav Havel, Sakharov…Et encore avant le combat de Boris Pasternak, le cri de la poétesse Marina Tsvetaeva…et tant d’événements méconnus. Les massacres intervenus après la Deuxième guerre mondiale, l’expulsion des Allemands installés en Pologne, la tragédie des transferts de populations. L'Europe des surprises est un ouvrage éminemment utile car il remet les pays et les événements à leur place. 

 355b-galland (1).jpg

Ecrivain, grand reporter, éditeur: l'acuité d'un regard sans concessions.

 

photo: Patrick Martin, 24 Heures.

 

De 1956…

Riche de sa culture et de sa clairvoyance, Bertil Galland était bien placé pour évoquer l’«avant« et l’«après» de cette Europe qu'il sillonne depuis longtemps.
Il a un peu plus de vingt ans quand, au volant de sa 2CV, il quitte la Suisse avec des amis, via Munich, en direction de la Bohême. Bien que ce pays semble «maudit», il l’attire comme un aimant. Le jeune homme tient à découvrir la patrie de Janacek devenue Tchécoslovaquie, et qui «vit» sous la botte du Kremlin, après avoir été écrasée par Hitler en 1938.
S’il perçoit ses premiers «craquements», rien ne préfigure encore son effondrement trente ans plus tard.

«Nous pénétrons dans le monde communiste qui défie notre entendement», écrit-il, tandis que, dans les petits villages, des enfants blondinets sont attirés par cette voiture étrange et étrangère. A Prague, c’est un climat de lourdeur qui accueillera les voyageurs. Galland visite une capitale «qui peine à renaître en ses splendeurs de l’art». La police est omniprésente et la population sur ses gardes car tout contact avec un étranger est un acte répréhensible sinon un délit.

De surprise en surprise, la route continue vers Budapest où le jeune Vaudois et ses amis rencontreront des Hongrois plus résolus et téméraires que les Tchèques puisqu’ils les  inviteront à partager un thé chez eux. Et tant pis pour les indicateurs qui pullulent et aux risques encourus.

En Slovaquie, Galland découvre un pays «entre malaise et accueil aimable». Mais de tous ces pays, c’est la Pologne qui lui deviendra la plus proche.

 

… à 1990

Parce qu’il voulait, de ses yeux, voir ce qu’étaient devenus la patrie de Kafka et Havel, de Tchékov et de Dvorak, en 1990, Galland retourne à Moscou via Prague mais aussi à Varsovie. Conscient du fait que les années du communisme pur et dur avaient pu laisser des traces, il ne craint pas le télescopage des images et des rencontres d’hier et d’aujourd’hui. Il sait qu’on ne passe pas sans soubresauts de la dictature à la démocratie. Au fil de ses voyages, celui qui est d’abord un amoureux de la poésie et des arts et un écrivain, a su affûter son regard. 
Nous partageons avec lui un Noël familial en Slovaquie et des Pâques en Galicie. Nous embarquons dans le train menant de Vienne à Bratislava. A la gare de  Budapest, nous croisons la foule de migrants arrivant de Russie. Nous respirons le parfum des forêts primaires de Pologne et de Lituanie – pins, bouleaux, chênes…–

Au cours de ces zigzags improbables, des personnages attachants surgissent, difficiles à oublier: le musicien Marcel Bornand, rencontré en 1956  à Prague, et qui finit sa vie à Salzburg; le Russe Victor Baldine «qui cacha sous son lit les trésors du Musée de Brême»; l’homme «couché sur le parquet d’une chambre vide» à Moscou, près de la place Komsomolskaïa, en 1990, cette fois…Beaucoup de souffrances cachées, de pudeurs, la crainte des voisins qui pourraient être des indicateurs, les disparitions inexpliquées…

Des temps indicibles aux temps nouveaux

Les peuples soumis au nazisme puis au stalinisme ont vécu des temps indicibles, par leur inhumanité, que beaucoup préfèrent occulter. Mais gare aux amnésies collectives! 
Si des «temps nouveaux» sont perceptibles entre Prague et Moscou, dans les villes et les campagnes, Galland constate que l’antisémitisme n’a malheureusement pas encore disparu au cœur de la Pologne pas plus que le mépris des Roms sous d'autres cieux. 

Au final, le message de sagesse primordial pourrait être celui que Jean-Paul II  transmit à ses compatriotes angoissés lors de l'émergence de la Révolution: «N’ayez pas peur». Ce Pape qui suivit de près les Séminaires internationaux d’Erice, au sud de la Sicile, auxquels Bertil Galland participa dès 1983 parmi des scientifiques de haut vol, dont Antonino Zichichi, œuvrant pour la Paix dans le monde. Un objectif qui a gardé toute sa raison d’être faut-il le préciser… 

P.S: A ce moment me revient cette citation de Claude Roy: «Il faudrait pouvoir vivre à l'essai et puis recommencer..

 

 

* L’Europe des surprises A l’effondrement du Rideau de fer parcours de Prague à Moscou, 230 p., Editions Slatkine.

www.slatkine.com

 

A paraître: LIEUX ET FIGURES D’ICI. ROMANDS OU ALEMANIQUES, PORTRAITS ET PARCOURS DE LA SUISSE POLITIQUE, ARTISTIQUE, MEDIATIQUE…

 

 

04/05/2016

SYLVIE BLONDEL: PREMIER ROMAN

Ce que révèle la nuit* 

Le premier roman de Sylvie Blondel 
a d’abord un accent mozartien.
Et ce n'est pas seulement pour la musique des mots. 
Que d'affinités entre Jean-Philippe Loÿs et Wolfgang Amadeus! 
Tous deux furent arrachés à la vie à 
l'âge de trente-trois 
et trente-cinq ans.
Ce n'est pas un âge pour mourir...
 

Le personnage central de ce livre, l’astronome Jean-Philippe Loÿs de Cheseaux, né dans le Pays de Vaud en 1718, décédé à Paris à l’âge de 33 ans, a d’incontestables affinités avec Wolfgang Amadeus Mozart, qui s'est éteint à l’âge de 35 ans. Tous deux furent des génies précocement arrachés à la vie. Tous deux, par leur quête dans l'univers du ciel et de la musique, tentèrent d’accéder à l’Absolu. Tous deux furent rattrapés par la maladie et les angoisses. Leur fin à tous deux fut interminablement douloureuse.

 

Un astronome illustre et méconnu

La littérature, qu'elle a enseignée de longues années avant de se mettre à l'écriture**, est le biotope de Sylvie Blondel.

Pour l'auteure vaudoise, le déclic de ce premier roman fut la révélation d'un destin. Il s'appelle Philippe Loÿs de Cheseaux. Cet astronome plutôt ignoré en Suisse bénéficia d’un prestige international. Il fut en effet l’un des plus grands scientifiques de l’époque. Ses pairs des Académies de Paris et Saint-Pétersbourg, de Göttingen et de Stockholm, sans oublier ceux de la Royal Society de Londres l'avaient d'emblée reconnu. 
Par souci de précision, Sylvie Blondel a questionné d’éminents astronomes. Mais elle n’a pas seulement voulu rendre justice à celui qui a découvert la Grande Comète de 1774, dite Comète de Cheseaux. Pour elle, l'itinéraire tortueux de ce scientifique n'est qu'un prétexte à une méditation sur le sens de la vie.

 

Unknown.jpeg

Sylvie Blondel a signé un ambitieux premier roman.

Photo: Philippe Pache

 

Un double contemporain

L'astronome n'est pas seul à captiver le lecteur. Ce que révèle la nuit est aussi habité par un autre personnage: Hector Lenoir. Cet homme d’aujourd’hui pourrait ressembler à Sylvie Blondel car il est tout aussi intrigué qu’elle par Jean-Philippe Loÿs de Cheseaux. Et il a le temps d'y songer. Sa femme vient de l'abandonner abruptement. Il décide aussitôt d’écrire un roman sur le scientifique et de revisiter sa trajectoire.

Depuis le temps, où tout petit, il voulait approcher les étoiles, Hector est fasciné par le mystère qui se cache derrière la nuit et surtout par les étoiles.

En ce temps-là on lui avait dit que les étoiles ne sont rien d’autre que les «apparences des âmes défuntes» et que leur vocation est de protéger les vivants.

Ce que révèle la nuit nous interroge sur un thème intemporel. Tant qu’il y aura des étoiles, nos questions quant à l’Au-delà seront sans fin.

Situé aux frontières de la poésie et du roman scientifique, le livre de Sylvie Blondel n'est pas dénué de suspense. Et ses nuits étoilées sont porteuses de lumière plus que d’obscurités...

 

 

 

 

 

 

Ce que révèle la nuit, roman, Pearlbooksedition, 150 pages.

* Le Fil de soie, nouvelles, Editions de L'Aire, 2010.