ID de suivi UA-65326999-1

07/08/2020

CARNET DU LIBAN 2020 (1) L’HORREUR ET L’ESPOIR

«Ma» ville, celle que je fréquente depuis les années 70
et où j’étais encore en 2015,  est dévastée.
A demi, dit-on…
Et les rues d’Achrafieh, Gemayze, Sassine, Bourj Hamoud,
où j’aimais flâner, rencontrer les amis, boire un petit café,
dans un bistrot ou chez le cordonnier et la fleuriste,
chez le libraire et le coiffeur,
offrent aujourd’hui un spectacle cauchemardesque.
Bien pire que celui qui m’était apparu en 1983,
ap
rès neuf ans d’absence, en pleine guerre.
On pense à Hiroshima, à la Normandie,
à Dresde après les bombardements... 
Le Musée Sursok ne serait plus qu'un «squelette».
Hier, le mari de ma grande sœur «de cœur»
(présente dans La Langue des dieux*)
est mort d’une crise cardiaque.
Il a rejoint son épouse,
l’écrivain et avocate Jacqueline Massabki**
décédée en 2015.
Mon fils me dit que maintenant «là-haut,
ils pourront continuer à s’aimer». 
Il n'a peut-être pas tort.

Unknown-1.jpeg

Jacqueline Massabki et son mari, Antoine, sur le chemin des Vernys,
près du chalet de Maurice Chappaz.

 

Le Foyer de la Sagesse où j’ai logé en 2012, 2013, 2014 et 2015, est aujourd'hui à moitié démoli. J’y avais sympathisé avec le photographe Nicolas Brodard (www.nicolasbrodard.com), le journaliste Clément Girardot (http://clementgirardot.blogspot.com) et le photographe-poète niçois Laurent Costantini (Beyrouth Beyrouth***). Jusqu’à ce jour, nous avons maintenu des contacts amicaux, nous nous sommes revus. Grâce à La Sagesse où nous partagions petits-déjeuners et discussions interminables en rêvant d’un monde meilleur et plus juste. Son intendante vient de m’apprendre que plusieurs résidents de «notre» Foyer ont été blessés et que deux collaborateurs sont morts, «soufflés» par les éclats de verre.

 

PHOTO-2020-08-07-07-33-05.jpeg

Reçu de Beyrouth,ce «CÈDRANGE de courage et de solidarité
pour le peuple Libanais» 
réalisé par Jean-Claude de Castelbajac,
qui l'a ainsi dédié «à mes amis du Liban, aux habitants de Beyrouth»

 

Depuis quelques jours, par SMS ou Whatsap, je pose à mes amis une question très laconique: «Etes-vous sains et saufs ? Merci de donner des nouvelles». Et ils me répondent. «Merci de t’inquiéter à notre sujet. Nous sommes sains et saufs. Mais…»

Mais un de leurs proches est mort, leur appartement est détruit. Quant à leur voiture, elle est démolie, voilà un détail bien dérisoire.

Je reste sans nouvelles de plusieurs de mes filleuls et je me demande: «Où sont-ils, sont-ils vivants ?

Mes yeux ne savent plus pleurer. 

Alors j’écris. Je continue Elégie pour le Liban commencé durant le confinement. 

A l’instar de la rue libanaise, je crois qu’un changement de gouvernance à Beyrouth s’impose urgemment. Voici plus de trente ans que ces irresponsables politique ont pillé le Liban et qu’ils l’ont conduit à la ruine. Le temps est venu de s’en débarrasser et de laisser la place à des patriotes compétents et intègres. Ils existent au Liban et dans la diaspora. Grâce à eux, le Liban ressuscitera, une xième fois de plus. La résilience est dans leurs gènes ainsi que l'amour de leur pays.

Parce que la poésie peut nous sauver de trop de malheur, voici un poème de Nadia Tuéni accompagnée de la chanson «Beyrouth» par Fayrouz.

 (www.youtube.com/watch?v=8ayX6ZSpBgg)

 

1218489513.jpeg

Nadia Tuéni.

 

BEYROUTH ****

«Qu'elle soit courtisane, érudite, ou dévote, 

péninsule de bruits, des couleurs, et de l'or, 

ville marchande et rose, voguant comme une flotte 

qui cherche à l'horizon la tendresse d'un port, 

elle est mille fois morte, mille fois revécue.

Beyrouth des cent palais, et Béryte des pierres, 

où l'on vient de partout ériger ses statues, 

qui font prier les hommes, et font crier les guerres.

Ses femmes aux yeux de plages qui s'allument la nuit, 

et ses mendiants semblables à d'anciennes pythies.

À Beyrouth chaque idée habite une maison.

À Beyrouth chaque mot est une ostentation.

À Beyrouth l'on décharge pensées et caravanes, 

flibustiers de l'esprit, prêtresses ou bien sultanes.

Qu'elle soit religieuse, ou qu'elle soit sorcière, 

ou qu'elle soit les deux, ou qu'elle soit charnière, 

du portail de la mer ou des grilles du levant, 

qu'elle soit adorée ou qu'elle soit maudite, 

qu'elle soit sanguinaire, ou qu'elle soit d'eau bénite, 

qu'elle soit innocente ou qu'elle soit meurtrière, 

en étant phénicienne, arabe ou routière, 

en étant levantine, aux multiples vertiges, 

comme ces fleurs étranges fragiles sur leurs tiges, 

Beyrouth est en orient le dernier sanctuaire, 

où l'homme peut toujours s'habiller de lumière».

 

 

* La Mémoire des Cèdres, avec François Porel, Editions Robert Laffont, 1989.

** La Langue des dieux, Editions de L’Aire, Vevey, 2015.

*** Beyrouth Beyrouth, Editions Z, Lausanne, 2013.

**** In Textes poétiques, hommage de Georges Shéhadé, Editions Dar An Nahar, 1986 ou Jardinier de ma mémoire, Flammarion, 1998.

 

 

17/05/2019

LAURENT GALLEY: POETE ET PHILOSOPHE

A la fois poète et philosophe «engagé», Laurent Galley a une sensibilité d’écorché et c'est  avec une infinie modestie qu’il respire la littérature et la musique. Il écrit, de la poésie et des essais, et photographie avec le même bonheur. Si ce Genevois, notamment blogueur sur Mediapart, se distingue par sa fraîcheur et son originalité,  il n’est pas dénué d’esprit critique et ose souligner la déshumanisation de notre société. 
Ce jeune écrivain est en somme à la recherche du Monde idéal car notre planète souvent le révolte par sa violence et ses incohérences tandis que la Nature l’émerveille. Alors il la photographie – de l’oiseau aux nuages, des insectes aux arbres et le ciel aussi dans tous ses états – afin de la perpétuer et de la sauver. 
Interlocuteur de grands philosophes et compositeurs français, Galley vient de publier son premier ouvrage, Passage à gué, – des poèmes –,   qui s’ouvre sur une citation de René Char: «Du vide inguérissable surgit l’événement et son buvard magique».

Au fait, il y a de la magie dans le regard de Laurent Galley. Il est insatiable d'harmonie que ce soit au Pays des mots, des sons et des images. Ce pays sans fin qu'il souhaite, comme nous, couronné de Beauté et de  Bonté. 
Mais on peut aimer les oiseaux et s’interroger sur la marche  du monde…Signés Laurent Galley, d’autres livres sont en chemin…On en redemande de cette plume éclairée que L'Aire a su découvrir.

  

IMG_0603 (2).jpg

Laurent Galley: une plume originale pour un regard habité par l'Art et l'humanité.

 

Plaisir des étoiles

 Plaisir des étoiles dont le sourire est imaginaire

De quel sourire êtes-vous porteuses ?

Mes sœurs lumineuses…

Celui d’Apollinaire au mépris des balles et de la guerre ?

Au mépris des amours inattentifs et perdus

Au mépris des eaux troubles du Pont Mirabeau

Qui s’écoulent languides en continu

Ce clignement de terre dans le silence des rues

Sous la précieuse cohorte du rêve qui les portent

Ces étoiles à demi-nues s’ouvrent au-dessus des portes

Bien au-dessus des enseignes et des prières communes

La lune comme un phare dans la brume

Et ces horizons promis sur lesquels je dois signer».

 

 

 

* Passage à gué, poèmes,108 pages, à L’Aire (collection métaphores, dirigée par Xochitl Borel et Arthur Billerey). 

https://blogs.mediapart.fr/laurent-galley/blog 

 

 

15:16 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Genève, Images, Lettres, Monde, Musique, Nature, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |