ID de suivi UA-65326999-1

11/03/2018

PHRASES RETENUES (9) LOUIS ANTOINE CHEDID

D'un livre à l'autre, 
des phrases m'agrippent, 
me hantent, me poursuivent.
Ou me questionnent...
Comme ces lignes de Louis Antoine Chedid,
publiées à Lausanne en 2002.
Emanant d'un esprit curieux et visionnaire,
 elles 
préfiguraient l'ère de l'intelligence artificielle
et du tout numérique.
Mais le scientifique et littéraire se demandait:
«Saurons-nous encore grimper dans les nuages?»

 

IMG_0539.jpg

 Louis Antoine Chedid 
lors de la sortie de presse de BABEL, fable ou métaphore.


Photo: R. Bettex

 

«L’ordinateur deviendra-t-il le deuxième Messie, le Paraclet ou l’Antéchrist annoncé dans les différents livres sacrés et attendus depuis des millénaires par les diverses religions ?

Pris dans la nasse de ce merveilleux jouet, serons-nous détournés à jamais de la turbulence originelle du mot? Le mot, ces objet le plus concret, le plus dur, le plus fertile de toute la Nature ?

Perdrons-nous la mémoire du chemin qu’empruntaient nos ancêtres pour descendre dans les plus profondes grottes à la recherche des esprits ?
Et que deviendront les baignades oniriques dans la nappe phréatique de l’inconscient universel ?

Saurons-nous encore grimper dans les nuages ?»

 Unknown.jpeg

 

Dans cet ouvrage co-écrit avec son épouse, Andrée, 
l'ex-professeur honoraire de l'Institut Pasteur
 fit œuvre de précurseur.

 

Un ouvrage à deux voix 

BABEL se compose de deux récits: une fable et une métaphore.
Dans le premier, Andrée Chedid nous fait entendre la voix d’Aél, une Babylonienne contemporaine de la Tour et ensuite celle d’une femme d’aujourd’hui, Léa, qui s’interroge sur la réalité de ce discours.
Dans le second récit, Louis Antoine Chedid se demande si Babel ne serait pas une métaphore. Une métaphore riche de sens qui questionnerait à la fois notre vision du Divin, notre compréhension du langage et même le pouvoir de l’ordinateur.
Regards, approches différents, parfois opposés, sont librement traités en ces deux récits.

 

 

* In BABEL, Fable ou métaphore, Andrée Chedid et Louis Antoine Chedid, 62 p, 2002, Editions Z, Lausanne. 

http://editionz.ch

 

08/02/2018

PHRASES RETENUES (7) PASCAL QUIGNARD

D'un livre à l'autre, 
des phrases m'agrippent, 
me hantent, me poursuivent.
Pour leur beauté, pour leur sens...
Comme ces mots de Pascal Guignard*,
l'écrivain habité par l'amour et la musique.

AVT_Pascal-Quignard_6910.jpg

L'auteur de Vie secrète* et de Tous les matins du monde

entre autres livres incandescents.

 Photo: Editions Gallimard.

 

«Ceux qui aiment ardemment les livres constituent,

sans qu’ils le sachent,

la seule société secrète exceptionnellement individualisée.

La curiosité de tout et une dissociation sans âge les rassemblent

sans qu’ils se rencontrent jamais.

Leurs choix ne correspondent pas à ceux des éditeurs,

c’est-à-dire du marché. 

Ni à ceux des professeurs, c’est-à-dire du code.

Ni à ceux des historiens, c’est-à-dire du pouvoir.

Ils ne respectent pas le goût des autres.

Ils vont se loger plutôt dans les interstices et les replis, 

la solitude, les oublis, les confins du temps, les mœurs passionnées,

les bois des cerfs,

les coupe-papier en ivoire…»

 

A41107.jpg

 

* In Vie secrète (Dernier royaume, VIII), Editions Gallimard, 1998.

 

 

17:21 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Fiction, France, Lettres, Monde, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |