ID de suivi UA-65326999-1

07/01/2017

PHRASES LUES: HENRY DAVID THOREAU

JE NE VOULAIS PAS VIVRE
CE QUI N'ETAIT PAS LA VIE

 

«Je gagnai les bois parce que je voulais vivre suivant mûre réflexion, n’affronter que les actes essentiels de la vie, et voir si je ne pourrais pas apprendre ce qu’elle avait à enseigner, non pas, quand je viendrais à mourir, découvrir que je n’avais pas vécu.

Je ne voulais pas vivre  ce qui n’était pas la vie, la vie est si chère; plus que ne voulais pratiquer la résignation, s’il n’était tout à fait nécessaire.

 340px-VII._Rowse.jpg

Portrait réalisé au crayon en 1854 par Samuel Worcester Rowse (Concord Free Public Library).

 

Ce qu’il me fallait, c’était vivre abondamment, sucer toute la mœlle de la vie, vivre assez résolument, assez en Spartiate, pour mettre en déroute tout ce qui n’était pas la vie, couper un large andin et tondre ras, acculer la vie dans un coin, la réduire à sa plus simple expression, et si elle se découvrait mesquine, eh bien, alors! en mesquinerie au monde; ou si elle était sublime, le savoir par expérience, et pouvoir en rendre un compte fidèle, dans ma suivante excursion.

Car pour la plupart, il me semble les hommes se tiennent dans une étrange incertitude à son sujet, celle de savoir si elle est du diable ou de Dieu, et ont quelque peu hâtivement conclu que c’est la principale fin de l’homme ici-bas que de «Glorifier Dieu et de s’En réjouir à jamais».

Encore vivons-nous mesquinement, comme des fourmis; quoique suivant la fable il y ait longtemps que nous fûmes changés en hommes…»

 

1400px-Thoreau's_memorial_in_Walden.jpg

Le Mémorial dédié à Thoreau à Walden Pond (Massachusetts) où il vécut durant deux ans dès l'été 1845.
Il a retracé son expérience dans Walden ou la vie dans les bois.

 

 

Walden ou la vie dans les bois, L’Imaginaire, Gallimard, 332 p.

 

27/12/2016

MAURICE CHAPPAZ: 1OO ANS ET ADOLESCENT!

Décédé le 15 janvier 2009, Maurice Chappaz aurait eu cent ans
le 21 décembre 2016.
 «A l’image d’un Rimbaud, il avait l’élan d’un adolescent-poète
qui a su maintenir la grâce une fois la jeunesse finie» 
a dit de lui et avec raison le grand Philippe Jaccottet.
C'est l'image que je garderai de Chappaz.


220phB06-00415.jpg

Photo: Oswald Ruppen

 

220phB06-00418.jpeg

 En 1970, au Népal, avec son jeune guide.

Photo: Collection privée

 

En plus de Jours fastes (sa correspondance avec Corinna Bille, aux Editions Zoé), plusieurs livres ont paru cette année 2016.

220phB06-00593.jpeg

Corinna Bille et Maurice Chappaz, en 1974, dans l'avions les emmenant au Liban.

 

Photo: Oswald Ruppen


Les Editions de L’Aire ont publié ont publié un essai de Benjamin Mercerat Le Paradis et le Désert ainsi que mes Dialogues inoubliés (entretiens inédits entre 1971 et 2009) accompagnés notamment de magnifiques photos d’Oswald Ruppen, Georges Laurent et Philippe Pache pour la couverture.

Quant à l'un des chefs d’œuvre de Maurice Chappaz Testament du Haut-Rhône (Rencontre, 1953) suivi de Les Maquereaux des cimes blanches (Ed. Bertil Galland), il a été réédité aux Editions Zoé.

Afin d’honorer ce 100e anniversaire, l'émission Caractères  d’Espace 2 a consacré une émission spéciale qui a été diffusée le 25 décembre. Jean-Marie Félix et Anik Schuin ont interrogé Michène Chappaz, la deuxième épouse de Chappaz, Jérôme Meizoz et moi-même. 

A écouter ici:

http://www.rts.ch/play/radio/caracteres/audio/centenaire-...

Chappaz-Michene.jpg

Michène et Maurice Chappaz devant L'Abbaye du Châble où ils vécurent durant vingt-cinq ans.

 

Photo: GF