ID de suivi UA-65326999-1

02/04/2015

HISTOIRE D'UNE PASSION: ALIENOR KHALIFEH

Aliénor Khalifeh est une jeune pianiste libano-suisse qui sait, pour l'avoir éprouvé, que la musique «est le plus court chemin conduisant d'un cœur à un un autre». Avec un oncle trompettiste à l'Orchestre de Bâle et des parents mélomanes, elle baigne depuis toujours dans la musique. Elle n'avait pas six ans lorsqu'elle a commencé le piano au Liban.

Installée voici deux ans déjà à Leipzig, elle vient de retrouver son pays natal le temps de trois récitals de piano.


Beethoven, Mozart, Chopin, Debussy et Honegger furent notamment au programme des concerts qu’elle a donnés à l’Université américaine de Beyrouth, à l’Université de Ballamand et à la Résidence de l’Ambassade de Suisse. Au cours de cet été, elle y retournera pour un récital en compagnie de son jeune frère trompettiste, Louis-Justin. 

De la musique avant tout pour le plaisir de jouer et d'aller «d'un cœur à l'autre», de la Suisse au Liban en passant par l'Allemagne, de ses études, et la France, de sa grand-maman, passionnée de musique, elle aussi.

 

MON_6612.jpg

Aliénor Khalifeh lors de son dernier récital à Beyrouth.

                  Son intériorité et son toucher attestent déjà d’une belle maturité. 



Mais allez donc l'écouter sur youtube dans ses interprétations de Rachmaninov et Beethoven.


Je vous souhaite de belles Pâques en musique et dans la Paix!

 

 

 

www.youtube.com/watch?v=DGTTIEW9dqc

 

www.youtube.com/watch?v=fQDFSTK66OM

 

05/09/2014

POEMES CHOISIS (40): JERÔME MEIZOZ

L'auteur et Professeur de littérature
Jérôme Meizoz 
est aussi un citoyen.
Il avait aimé Les maquereaux des cimes blanches 
de son compatriote Maurice Chappaz. 
 
Quelques décennies plus tard, face à l'intolérance,
à l'étroitesse d'esprit, au racisme
et à toutes les formes d'injustices,
il
 prend la plume et dénonce.* 
Les «saintes colères»** qu'il nous propose sont saines. 
Voici sa Supplique du vieux gamin.

Meizoz ©Y. Boehler 2012.jpg

             Jérôme Meizoz: Lucide comme «un vieux gamin»...


Photo: Yvonne Böhler


«La face du pays, hélas,

change plus vite que le coeur alenti

du gosse resté seul

dans la cour de l'école,

sous le frisson des marronniers!


Sainte Implenia, priaient les promoteurs,

bénis cette fleur surnaturelle!

Amen

Saint Lobby du ciment, criaient les bâtisseurs,

que ton règne de béton vienne!

Amen


La place du parvis, hélas,

semble une place d'appel

pour les soldats de guerres à venir


Saint Lobby du ciment, criaient les bâtisseurs,

que ton règne de béton vienne!

Amen


Noire comme la mélancolie,

vide comme le cœur d'un cité minière

Sèche comme les veines

d'un centenaire


Sainte Implenia, priaient les promoteurs,

bénis cette fleur surnaturelle!

Amen


Quelle place, mes amis: quel placement!

Quel plus beau monument

quel cimetière de rêve

pour une religion qui meurt

 

Sainte Implenia, priaient les promoteurs,

bénis cette fleur surnaturelle!

Amen

Saint Lobby du ciment, criaient les bâtisseurs,

que ton règne de béton vienne!

Amen».


* Entre autres objets de colère: Le Pen, l'UDC, les aberrations d'une dite «politique culturelle», certaines rubriques littéraires, un avocat médiatique, l'hypocrisie sous toutes les latitudes...

** Editions d'autre part, 148 pages, Préface d'Annie Ernaux.