ID de suivi UA-65326999-1

26/01/2018

PHRASES RETENUES (6) François CHENG

D'un livre à l'autre, 
des phrases m'agrippent, 
me hantent, me poursuivent.
Pour leur beauté, pour leur sens.
Ainsi ces mots de François Cheng*,
Académicien mais surtout, auteur et calligraphe
humble et lumineux.

 

ICI ET MAINTENANT

AVT_Francois-Cheng_5406.jpg

François Cheng concilie talents et humilité.

 

 

9782226326386-j.jpg

 

«Tout le ciel étoilé, toute la terre nourricière,

toute la splendeur de l'aube et du soir,

toute la gloire du printemps et de l'automne,

tout le Souffle aimant de l'univers

porté par un vol d'oiseaux migrateurs,

tous les hauts chants humains

montés de la vallée des larmes,

tout cela constitue un «ici et maintenant»

où l'éternité se ramasse.

Cet «ici et maintenant» ne peut rayonner, irradier,

faire fleurir et porter fruit, susciter écho et résonance

et, par là, prendre tout son sens

que s'il est vécu par une âme».

 

 

* In De l’âme, Albin Michel, 2016.

 

17:13 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, France, Lettres, Monde, Spiritualités, Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) |

20/01/2018

PHRASES RETENUES (5) ANDREE CHEDID

D'un livre à l'autre, 
des phrases m'agrippent, 
me hantent, me poursuivent.
Pour leur beauté, pour leur sens.
Souvent, ce sont des poèmes...
Comme ce texte d'Andrée Chedid
que son petit-fils, Matthieu, n'a pas oublié.*
 

TOI-MOI **

 

8 - copie.jpg

L'acuité du regard d'Andrée Chedid, considérée à juste titre

comme «l'auteur de la fraternité».

 

photo exclusive: gf (Paris, 1987).

 

 

«Par l'univers-planète univers à toute bride 

Par l'univers-bourdon dans chaque cellule du corps

 

Par les mots qui s'engendrent 

Par cette parole étranglée 

Par l'avant-scène du présent 

Par vents d'éternité

 

Par cette naissance qui nous décerne le monde

 

Par cette mort qui l'escamote

 

Par cette vie

 

Plus bruissante que tout l'imaginé

 

 

 

TOI

 

Qui que tu sois! 

Je te suis bien plus proche qu'étranger».

 

 

 

 

 

 

* Matthieu Chedid l'a mis en musique et le chante.  

** In «Poèmes pour un texte», (1970-1991) Flammarion.

 

 

16:16 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Femmes, Lettres, Monde, Solidarité, Spiritualités, Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) |