ID de suivi UA-65326999-1

05/11/2015

LIBAN: LIBERTE!

Le Salon francophone du livre 2015 de Beyrouth,
qui vient de fermer ses portes,  était intitulé LIVRES LIBRES.
Avec la silencieuse complicité de Paul Eluard,
un texte est né spontanément: le voici.

 

20151102_123204_resized.jpg

Sur les murs de tes maisons anciennes

j’écris ton nom

LIBERTE

 

 

 

Sur tes façades amputées

j’écris ton nom

LIBERTE

 

 

 

Sur la statue des Martyrs

j’écris ton nom

LIBERTE

 

Sur les églises et les mosquées

j’écris ton nom

LIBERTE

 

IMG_0715.jpgSur les vagues éternelles de ta mer

j’écris ton nom

LIBERTE

 

 

 

 

 

 

Sur les fantômes de mes insomnies

j’écris ton nom

LIBERTE

 

 

 

IMG_0598.jpg

Sur les Cèdres du Chouf et de Bcharré

j’écris ton nom

LIBERTE

 

 

 

 

  

 

 Avec le sang de Gibran et Samir 

j’écris ton nom

Gibran0050v.jpgLIBERTE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Avec vos larmes et mes larmes

                   j’écris ton nom

        LIBERTE

 

 

enfants.657.jpg Sur le front de tes enfants

je lis ton nom

                                            LIBERTE                                                                                       

 

 

 

 

 

 

Dans les yeux des vieillards

aussi

je lis ton nom

 

 

Et dans le parfum du jasmin

en communion avec  Khalil Gibran
et Nadia Tuéni

j’ai écrit ce mot sacré

 

 LIBERTE

17/10/2015

POEMES CHOISIS (48) RENE A R C O S

  Comme l'air que nous respirons, la Poésie nous sera toujours vitale.

Au fil des jours et des saisons, voici des textes qui nous semblent répondre
aux interrogations du vingt-et-unième siècle 
et  à notre humaine condition.

 

«Rien, en poésie, ne s'achève.

Tout est en route, à jamais».

 

Andrée Chedid

 

TOUT N’EST PEUT-ÊTRE PAS PERDU

images-2.jpeg

 

«Tout n’est peut-être pas perdu

Puisqu’il nous reste au fond de l’être

Plus de richesses et de gloire

Qu’aucun vainqueur n’en peut atteindre;

 

Plus de tendresse au fond du coeur

Que tous les canons ne peuvent de haine

Et plus d’allégresse pour l’ascension

Que le plus haut pic n’en pourra lasser

 

Peut-être que rien n’est perdu

Puisqu’il nous reste ce regard

Qui contemple au-delà du siècle

L’image d’un autre univers.

 

Rien n’est perdu puisqu’il suffit

Qu’un seul de nous dans la tourmente

Reste pareil à ce qu’il fut

Pour sauver tout l’espoir du monde».

 

 

In Le Sang des autres, 1919.