ID de suivi UA-65326999-1

10/12/2019

ALAIN FAVARGER A L'AIRE: LA VOLUPTE DES YEUX

En 2018, Michel Moret, dont  Le banquet de Platon est depuis longtemps un livre de référence,
sinon de chevet, fonde la collection Le  banquet.
Une jaquette élégante et sobre  pour un petit livre
(11X18 cm) à glisser dans sa poche ou,
comme un viatique, sous son oreiller.
Un graphisme de classe sur un papier précieux.

 

Après les ouvrages de Bastien Fournier, Salah Stétié, Nagaoka Taeko, Marie-Claire Dewarrat, Pierre-Alain Gendre et Roland Jaccard, voici que  L’Aire vient d’ajouter à sa collection un joyau qui a retenu mon attention (yeux et cœur): La Volupté des yeux, d’Alain Favarger.
Nous zigzaguons ici dans le monde des humains et de l’art…Et je pense à Claude Roy qui disait: «Je suis un touche-à-tout car tout se touche, dans la vie». 

 

665600.jpeg

Alain Favarger: l'amour du Beau et de la Bonté

 

Des chemins intimes et universels

Et si nous partions sur les chemins intimes et universels d’Alain Favarger ? Nous sommes en Sicile où  Favarger revoit sa mère qui fut la nurse de Rosella,  à Palerme entre  1938-1939, dans une famille noble. Dans une des lettres de sa mère, il lit: «Maintenant, le sentiment du beau s’est encore plus profondément ancré en moi».
Peut-être ce sentiment de beauté l’a-t-elle transmis à son fils comme le désir de justice car elle a écrit aussi: «Est-ce possible qu’en vivant au cœur d’un paysage aussi paisible et enchanteur il y ait des gens …qui violent les joies de la justice, se tachent les mains pour conquérir d’autres territoires ?»…

Plus tard, son érudit et humaniste de fils écrira: «A Palerme comme à Tolède, Bourges, Beaune, Vézelay ou Gand se joue toujours le grand théâtre muet de la dialectique du bien et du mal..»

Le bien nommé La Volupté des yeux  se présente comme un kaléidoscope traversé par les paysages, les livres – La vie, mode d’emploi  de Perec –, Proust, Duras et Hiroshima mon amour, les musiques, les tableaux, les films, les artistes – Jean Seberg, Delphine Seyrig, Emmanuelle Riva – et les spectacles aimés, sous le double signe de la beauté et de la bonté.
Nous flânons dans Paris et contemplons au Lac majeur «le miroir indigo de ses eaux tachetées d’absinthe». Nous méditons avec Favarger sur la tombe de Thomas Mann  à Kilchberg et de quatre de ses enfants (Michael, Monica, Elisabeth et Erika,  Klaus et Gobo, reposant sous d’autres cieux).

Un livre-gigogne

Du Vercors à la Syrie, des Etats-Unis à l’Europe, l'auteur fribourgeois discerne les convergences têtues entre jadis  et aujourd’hui. Entachées de tant de violence, celles-ci pourraient inciter au désespoir  car il semble qu’aucune leçon n’ait été retenue du passé. Mais voici que le petit fils de l’auteur, Damien, nous sourit au fil des pages. Et la contemplation de l’épouse, omniprésente dans ce livre qui lui est dédié, réjouit notre âme.  

La Volupté des yeux  nous révèle enfin Confiteor, «ce chef d’œuvre absolu» de Jaume Cabré dont Alain Favarger nous dit: « La question de savoir comment combattre le mal hante ce livre…»  Mais Cabré sait aussi «qu’avec la beauté et l’amour, la vie peut changer»…Et comment ? «Parce que la beauté rend  meilleur et que l’effet qu’elle produit sur un être ouvre le champ des possibles» selon Jaume Cabré. En terminant ce livre, à relire, j'en viens à croire que la mère d’Alain Favarger est toujours là avec son «sentiment de beauté» plus que jamais nécessaire pour sauver le monde.

 

Michel Moret et Le Banquet

keyimg20071001_8269409_0-data.jpg

 

Michel Moret, plus de quarante ans d'édition et une foi intacte.
«Que le risque soit ta clarté» lui souffle René Char.

 

Le Banquet de Platon est un des livres de référence de Michel Moret. Il figure au catalogue des Editions de L’Aire (collection Le chant du monde) depuis longtemps dans une traduction de Philippe Jaccottet et maintenant préfacée par Michel Onfray. 

Toujours dans la collection Le banquet, l’année prochaine nous offrira deux livres que nous attendons d'ores et déjà avec impatience: Le Lecteur d’Adrien Pasquali et Lettre ouverte aux non-lecteurs de Michel Moret lui-même. Ainsi l'éditeur-écrivain signera-il un dixième  livre que nous imaginons porteur de sagesse et de confiance. D’autres surprises jalonneront l’année 2020 de L’Aire.

 

www.editions-aire.ch

 

 

* La Volupté des yeux, collection Le banquet, Ed. De L’Aire, 266 p.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

18:37 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Lettres, Nature, Solidarité, Suisse, Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) |

12/08/2019

PETITE HISTOIRE VRAIE D'AUJOURD'HUI

La petite fille et Pinocchio

 

A Louis Chedid, qui était précisément au chalet Pinocchio le jour de cette rencontre impromptue.

 

IMG_1810.jpg

               Dans les couleurs et parfums du Haut val de Bagnes.

photo: gf

 

Je marche sur un chemin, dans un petit village du Haut val de Bagnes que j'appelle mon nid-île.

Ce jour-là, près du moulin, je suis questionnée par  le regard très intense d’une fillette aux yeux bruns. Elle a sept ans peut-être. Accompagnée d'un garçonnet – sans doute son petit frère – et haute comme trois pommes, la voilà qui charge un gros sac de voyage dans le coffre d'une voiture.
Je les salue et la petite fille me répond aussitôt :

– Bonjour, Madame, vous habitez ici ?

– Oui, au chalet Pinocchio

– Comme le petit bonhomme en bois de Gepetto qui parlait comme un vrai petit garçon et dont le nez grandissait s'il disait des mensonges ?

– Exactement, c’est lui. Tu aimes les contes ?

– Oui, j’adore les livres. Ils me font voyager et rêver. Madame, un jour, est-ce qu’on pourrait le voir de près, Pinocchio ?

– Bien sûr et même lui caresser le nez. Tu es venue ici en week-end avec ton frère ?

– Oui, nous étions chez nos grands-parents. Mais Jonas n'est pas mon vrai frère et ce ne sont pas nos vrais grands-parents. Nous sommes tous les deux dans la même famille d’accueil.

– …tu as entendu, ce doit être une fauvette...

– Oui, c'est joli. Mais on ne sait jamais ce qu’ils veulent dire, les oiseaux: ils sont peut-être heureux ou ils peuvent avoir besoin d’aide… Vous savez, moi, je m'appelle Lara. Si je suis dans une famille d'accueil, c'est parce que ma maman nous a abandonnés. Un jour, elle est partie en disant simplement : «Je m’en vais…» Et elle n’est plus revenue. Cela fait trois ans maintenant. Alors, on nous a placés dans une famille d’accueil, Tony et moi. Mon frère et moi ne sommes pas dans la même famille. C’est l’assistante sociale qui l’a décidé. Et notre père a le droit de nous prendre avec lui un week-end  par mois. Cela fait trois ans qu’on est sans nouvelles de maman.

– Je suis sûre qu'elle vous aime toujours. Peut-être est-elle malade…

– C’est aussi ce que je pense, Madame, ce n’est pas de sa faute ! Elle n’a pas pu décider comme ça de nous abandonner après avoir été si gentille avec nous pendant des années. C’est à cause de la maladie, d’une drôle de maladie.

 

Soudain, le débit de sa voix se fit précipité. 

Entre le chant du ruisseau et celui des oiseaux, Lara crie pour que le monde entier le sache :

– Un jour, maman guérira. Elle reviendra habiter avec nous pour toujours. Et nous resterons toute la vie ensemble, elle, mon papa, mon frère et moi. C’est ce que je pense quand je rêve: que tous les enfants vivent avec leurs vrais parents, leurs vrais frères et sœurs et non pas dans une famille d’accueil. Vous savez, Madame, j’aime bien rêver. Les gens sont toujours gentils dans mes rêves et je vois parfois maman qui me sourit.

– Continue à rêver. Parfois, les rêves se réalisent…

– … mais d’autres fois, je pleure en cachette en pensant à maman. Je me demande si elle est heureuse loin de nous, je ne sais pas où, et si les gens sont gentils avec elle. Et puis, est-ce que je la reconnaîtrai quand elle reviendra ?

– Sûrement, on n’oublie jamais le visage de sa maman.

– En attendant – à cette minute, Lara esquisse un pas de danse  –, je me réjouis. Vous savez quoi ? Dans deux semaines, si tout va bien, papa aura le droit de nous garder avec lui pour toujours !

Voici qu’un couple de personnes âgées descend le chemin escarpé conduisant de leur chalet au chemin. Leur sourire est très doux.

– Ah, je vois, vous avez fait connaissance…

– Oui, tu sais quoi, grand-ma, la dame habite chez Pinocchio.

Le Monsieur s'installa au volant et la voiture s'engagea sur la petite route. Lara et Jonas ont baissé les vitres et agitent leurs mains dans ma direction. Puis la voiture freine et recule.
– Excusez-moi, Madame, dit la grand-maman d’accueil, Lara aimerait encore vous poser une question. Allez, vas-y, Lara…

– Je voulais savoir si Pinocchio sera toujours là quand nous reviendrons la prochaine fois  ?

– Mais bien sûr…

– Ah tant mieux. Alors, à bientôt, Madame!»

La voiture blanche à plaques vaudoises disparut entre prés de marguerites, boutons d’or et coquelicots.

C’était il y a quelques années déjà. Lara et Jonas sont maintenant des adolescents.

Si je ne les ai plus revus, c'est qu'ils doivent avoir quitté leur famille d'accueil.

Quoi qu'il en soit, là-haut, dans mon nid-île, Pinocchio-l’Eternel les attend.

 

 

 

 

 

 

 

17:58 Écrit par Gilberte Favre dans Amis - Amies, Culture, Femmes, Histoire, Lettres, Nature | Lien permanent | Commentaires (0) |