ID de suivi UA-65326999-1

27/01/2014

L'ESPACE ANDREE CHEDID: UN LIEU DE DIALOGUE.

«Mon semblable

mon autre

Là où tu es

Je suis.»

 

Depuis qu'elle nous a quittés, en février 2011, Andrée Chedid nous est plus proche que jamais. Transcendant les frontières de toutes sortes, son message de fraternité continue(ra) de rayonner. En 2012 et 2013, des livres sont parus et les Editions Flammarion ont réédité la quasi intégralité de ses poèmes et œuvres dramatiques. Plusieurs écoles et Bibliothèques portant le nom d'Andrée Chedid ont vu le jour en France. 

Voici plus d'un an, la mairie d'Issy-les-Moulineaux a décidé de créer l'ESPACE ANDREE CHEDID. Etendu sur 1500 m2, ce «véritable laboratoire des idées» se propose d'être un «lieu de métissage des savoirs» au service du dialogue. 
L'Espace sera inauguré officiellement vendredi 31 janvier en présence de Louis Sélim Chedid, mari de la poète, et de Matthieu (M), petit-fils d'Andrée Chedid. 
Cet événement sera suivi d'un spectacle «Voix d'écriture - Hommage à Andrée Chedid» et par la lecture d'extraits des romans L'Autre et Lucy, odes à l'altérité et à la tolérance. 
Pour couronner cette soirée, un artiste exceptionnel, Michael Lonsdale, lira la pièce en un acte Le Personnage.

 

 

IMG_0161.jpg

Andrée et Louis Chedid au pied de la montagne, à Loèche-les-Bains,
qui leur rappelait les Pyramides d'Egypte.

photo: copyright rb 


Les responsables d'Issy-les-Moulineaux n'ont pas attendu l'achèvement de l'Espace Andrée Chedid pour rendre hommage à la poète. Dès septembre 2013, la mairie mit sur pied un important programme culturel: lectures de textes, poèmes et nouvelles; diffusion d'un film documentaire; exposition de collages inédits de la poète; projection du film Le Sixième Jour de Youssef Chahine d'après le roman d'Andrée Chedid, mais encore éloge de Jean-Pierre Siméon;  interprétations de contes orientaux sans oublier un récital de Matthieu Chedid.

 

Louis:Matt.JPG

La connivence entre Louis Chedid et son petit-fils, Matthieu (M) et un amour commun pour la poésie. M était très proche de sa grand-mère, auteur de plusieurs de ses chansons dont «Je dis Aime».


photo: copyright: gf


Une profonde amitié unissait Françoise Dolto et Andrée Chedid, toutes deux engagées «au service de l'humanisme» ainsi que Boris Dolto et Louis Selim Chedid. 
Jeudi 30 janvier, de 20 h 30 à 22 h. 30, l'Espace Andrée Chedid proposera ainsi une conférence avec la participation de la pédopsychiatre Catherine Dolto. D'ici au printemps, d'autres exposés et représentations autour de l'écrivain seront organisés.

De là où elle est aujourd'hui, et malgré son infinie humilité, l'auteur de la Fraternité aurait aimé voir des enfants, avec leurs parents et grands-parents de toutes origines, se retrouver dans cet Espace culturel sous le ciel d'Issy-les-Moulineaux. Nous serons nombreux à les regarder pour elle.


«TOI

qui que tu sois

je te suis plus proche

qu'étranger».

 

 

a-t-elle écrit dans Toi-Moi *.


Poèmes pour un texte (1970-1991), Flammarion, 1991.


Une adresse et des livres

Espace Andrée Chedid, 60, rue du Général Leclerc

(Métro: mairie d'Issy, ligne 12).

www.issy.com


La plupart des livres d'Andrée Chedid ont été édités chez Flammarion.


Derniers titres

L'Etoffe de l'Univers (poésie).
Les Quatre morts de Jean de Dieu (roman).
Théâtre et poésie.


22:18 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Lettres, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |

09/06/2013

POESIE POUR UN ETE: DE VENUS A JEAN-DOMINIQUE

Il y a des livres plus indispensables que d’autres. Voici deux titres qui enrichiront votre été qu'il soit gris ou ensoleillé.

 

Où vont les arbres 

 

venus_khoury_ghata_01.jpg

Vénus Khoury-Ghata 

 

Photo: copyright: Le Mercure de France

 

De ce grand écrivain nous avaient bouleversée Une Maison au bord des larmes (roman) et La Maison aux orties (roman) parmi d’autres livres.

Selon le New Yorker, «Vénus Khoury-Ghata est à la poésie ce que Gabriel Garcia Marquez est au roman». C’est tout dire. A la fois romancière et poète, Vénus Khoury-Ghata n’a jamais oublié le pays natal qu’elle a quitté pour cause de guerre. A l’intention de ses amis Jean-Marie et Jemia Le Clézio, elle écrit :


«Des hordes d’arbres aux noms imprononçables se déversaient

sur nos faubourgs au déclin des saisons

Entraient en collision avec les nôtres devenus herbeux

à force de méditation…

Seul le paysage était sédentaire


Les enfants

Poussières sur les cils de l’air».

 

De Paris, elle hume le parfum de ses arbres. Et au-delà tant d’êtres aimés et souvent perdus mais toujours là. Ainsi les choses se passent-elles lorsque l'amour et l'amitié sont véridiques.

Le visage de Vénus Khoury-Ghata porte les traces de toute la beauté et de toute la souffrance du Liban, mais c'est le courage et la beauté qui dominent.

 

        Le Mercure de France, 16 pages.

·       

L’Air de ton nom

Humbert_2008_grand.jpg

 Jean-Dominique Humbert

 

Photo: copyright Philippe Pache.


Il aime les mots autant que les notes de musique.

De L’Exilée à L’Eté dernier, de Au passage du pré à L’Air de ton nom, la poésie de Jean-Dominique Humbert nous est un concert. Notre hypothèse n’est pas si farfelue puisque des poèmes de Jean-Dominique ont été mis en musique.

Ses textes sont des chants d’oiseaux à tel point qu’on se demande : et si le poète cachait en lui une âme d’oiseau ?

Il écrit avec une simplicité déchirante :

 

«Sans plus attendre

être là simplement

au jour des murs»

 

Et aussi :

 

«Tu regardes les fleurs de l’arbre

dans son sommeil

 

La branche de sa voix si claire

lente lointaine

 

dans la nuit que tu sais»

 

Egalement auteur de récits, Jean-Dominique Humbert ressemble à ses textes. On devine que ses textes sont inspirés par de grandes âmes, celles d’enfants et  de «grandes personnes», ici ou Ailleurs.

Venus et Jean-Dominique sont tous deux des êtres aimants et c'est aussi pour cela – leur talent, leur regard sur les êtres, sur la nature, leur respect  – que je les aime.

 

 

* Editions Bernard Campiche (collection Campoche), 199 pages (comprend L’Air de ton nom et autres poèmes (1986-2011).

12:11 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Lettres, Monde, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |