ID de suivi UA-65326999-1

12/11/2020

Phrases retenues (18) Pascal Quignard

D'un livre à l'autre, des phrases m'agrippent,
 me hantent, 
me poursuivent.
Ainsi ces perles précieuses de 
Pascal Quignard
découvertes dans un livre récent.

Unknown-1.jpeg

Pascal Quignard (écrivain, violoncelliste)
ou la profondeur d'un regard

 

LA VIE N'EST PAS UNE BIOGRAPHIE*

 

«Il me semble que je cherche à tirer jusqu’à moi
une robe qui a échappé aux doigts
de mon enfance.

Puis ma voix se défait.

Aussi est-il préférable d’écrire.
On y parle un peu moins. On n’y sanglote plus.
Rien ne tremble. Le cri s’efface davantage».

*

 

«Une route noire sort des mains des écrivains
qu’il est difficile de 
suivre
à ceux qui n’ont pas idée
de la vie très particulière
qu’écrire entraîne.

Ce sont des petits mots obscurs
qui se meuvent sur une page.
Ligne continue,
qui est plus ou moins crevée
par des intervalles blancs, qui serpente…»

*

«Quand l’à-venir tendra-t-il
ne serait-ce qu’une fleur totalement nouvelle
dans le rayonnement de l’étoile
qui la nourrit du fond du ciel ?
Le ciel est ouvert».

 

 

* La vie n’est pas une biographie, Editions Galilée (Lignes fictives), 192 p. 

 

13:35 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, France, Lettres, Monde, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |

03/10/2020

POEMES POUR LE LIBAN (5 ) GEORGES SCHEHADE

En communion avec le Liban, 
après Nadia TuéniLaurent Costantini,
 Khalil Gibran et Andrée Chedid,
voici un poème  de Georges Schéhadé.
Comme le disait Yannis Ritsos,
«la poésie n'a jamais le dernier mot,
le premier, toujours».

 

Unknown-1.jpeg

Le sourire du poète et dramaturge.

 

«C'est encore une fois l'automne

 

Le jardin court derrière ses feuilles

 

Personne n'est plus là:

 

Les fenêtres les gens

 

Mais le vent

 

Il y a une lune oubliée

Dans le ciel comme une figure

 

En souvenir du bel été

A boire disait une fontaine»

 

 

In Les Poésies, suivi de Portrait de Jules et de Récit de l’An Zéro, Poésie/Gallimard 2001. 

 

 

Littérature et musique pour le Liban

 

Unknown-3.jpeg

Unknown-4.jpeg

 

L'écrivain libanais
Charif Majdalani

 

La soprano suisse
Laure Barras

 

 

                                

 

La Fondation du Château Mercier et l’association
Reconstruire Ensemble 
organisent le 12 octobre à Sierre
(salle de la Bourgeoisie à 18.30),
une rencontre par visioconférence avec l'écrivain
Charif Majdalani qui publie un nouveau livre:
Beyrouth 2020, journal d'un effondrement.
L'entretien sera réalisée par Jean-Philippe Rapp.
Pour sa part, accompagnée à l'oud par Alaa Zouiten,
la soprano Laure Barras chantera
 Feyrouz.
Une belle occasion de soutenir l’association Offre-Joie,
fondée par Melhem Khalaf.

 

 

 

15:11 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Lettres, Monde, Musique, Politique, Résistance, Solidarité | Lien permanent | Commentaires (0) |