ID de suivi UA-65326999-1

18/05/2022

ANNIE ERNAUX (1): LE PRINTEMPS FLAMBOYANT

CE MOIS DE MAI 2022, ANNIE ERNAUX NOUS OFFRE
PAS MOINS DE TROIS LIVRES ET UN FILM.
AUTANT DE PERLES PRECIEUSES.

 

DSC_8520r-1.jpg

Annie Ernaux en ce printemps éblouissant.

 

Photo: Catherine Hélie/Gallimard

Au commencement de ce mois de mai, il y eut un Cahier de l'Herne qui la consacre, elle et son œuvre traduite dans le monde entier, enseignée dans les Universités et adulée par un large public, en particulier par sa jeunesse qui se reconnaît dans cet auteur engagée.

 

1030222697.jpeg

Un roman, LE JEUNE HOMME et une réédition augmentée, L'ATELIER NOIR.

 

IMG_3775 (1).jpeg

Ces trois ouvrages très importants ont déjà valu à son auteur une avalanche d'éloges et d'entretiens médiatiques. Nous y reviendrons prochainement.

Pour l'heure, c'est au Festival de Cannes qu'Annie Ernaux présentera ces prochains jours le film réalisé avec son fils David lors de la Quinzaine des réalisateurs.

 

LES ANNEES SUPER 8

Unknown.jpeg

Annie Ernaux avec ses fils Eric et David.

 

 

* L'HERNE, ANNIE ERNAUX, 320 pages, Editions de L'HERNE (dans toutes les librairies, www.lherne.com).

** LE JEUNE HOMME, 40 pages, Gallimard.

*** L'ATELIER NOIR, 175 pages, L'Imaginaire/Gallimard (réédition complétée).

 

17:17 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Femmes, France, Lettres, Monde, Politique, Société - People | Lien permanent | Commentaires (0) |

04/05/2022

SHEMSI MAKOLLI: ECRIRE L'INEXPRIMABLE

Le poète Shemi Makolli n'a pas oublié l'Albanie de ses origines.
A l'heure où l'Ukraine est en guerre, il vient de publier DEESSES PROFANEES.*  Soit une «Elégie aux vingt mille femmes albanaises violées par l'armée et la police serbes dans la guerre du Kosovo de 1998 à 1999».

 

xmakolli_couv_vignette-scaled.jpg.pagespeed.ic.L0ARnlr3mD.jpg

Préfacé par Bertil Galland, cet ouvrage trouve une profonde résonance en nous par sa sensibilité et la qualité de son écriture. Du Kosovo à l'Ukraine – n'oublions pas l'Afrique – , chaque guerre a ses victimes. Les femmes sont toujours les premières à subir les crimes de la soldatesque. 

Des femmes violées aux «bâtards» oubliés.
A juste titre, Bertil Galland se dit «très impressionné par le niveau musical et par l'actualité de la poésie de Shemi Makolli» qui signe ici son troisième recueil poétique à L'Aire.

L'auteur, éditeur et grand reporter observe que si, en Albanie, «beaucoup de femmes ont été tuées, d'autres, avec les bâtards d'une armée déchaînée, les enfants du viol, vivent encore ou vivront dans notre Europe, et tairont l'inexprimable».

Du Kosovo à l'Ukraine

Si Shemsi Makolli s'en veut de ne pas avoir su protéger les femmes de sa famille en ces temps obscurs (il était réfugié en Suisse), il a su écrire l'inexprimable. Ainsi a-t-il donné un visage et une voix au victimes du Kosovo et aussi à toutes les femmes violées des guerres et à leurs enfants. 

 

«A quoi sert ce retour?

Je n'apporte de réconfort à personne

Ni mots ni gestes miraculeux

Qui puissent soulager vos douleurs.»

 

D'une guerre à l'autre, n'attendons pas de miracles mais, en dépit des horreurs subies, la poésie qui est toujours salvatrice.

 

 

* Déesses profanées, Edititions de L'Aire, 64 pages.

Autres livres chez le même éditeur:  Elégie d'automne et L'anatomie du rêve.

 

15:42 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Femmes, Lettres, Monde, Politique, Résistance, Solidarité, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) |