ID de suivi UA-65326999-1

17/06/2011

POEMES CHOISIS (12): ROBERT DESNOS

A l’instar de la nature et de la musique, la poésie peut nous être un viatique.

Au fil des jours, je vous proposerai des textes qui m’accompagnent
avec une fidélité indéfectible.

 

 

«Rien, en Poésie, ne s’achève.

Tout est en route, à jamais».

Andrée Chedid

 

CHANT DU CIEL

La fleur des Alpes disait au coquillage: «tu luis»

Le coquillage disait à la mer: «tu résonnes»

La mer disait au bateau: «tu trembles»

Le bateau disait au feu: «tu brilles»

Le feu me disait: «je brille moins que ses yeux»

Le bateau me disait: «je tremble moins que ton coeur quand elle paraît»

La mer me disait: «je résonne moins que son nom en ton amour»

Le coquillage me disait: «je luis moins que le phosphore du désir dans ton rêve creux»

La fleur des Alpes me disait: «elle est belle»

Je disais: «elle est belle, elle est belle, elle est émouvante».

 

 

 

Robert Desnos (1900-1945), French poet, 1927.jpg

Robert Desnos en 1927 (il décéda en 1945 à Auschwitz).

 

 

In Corps et biens, Poésie/Gallimard

12/06/2011

POEMES CHOISIS (11): FERNANDO PESSOA

A l’instar de la nature et de la musique, la poésie peut nous être un viatique. 
Au fil des jours, je vous proposerai des textes qui m’accompagnent avec une fidélité indéfectible.


«Rien, en Poésie, ne s’achève.

Tout est en route, à jamais».

 

 

Andrée Chedid

 

personalidades-poetas-portugal-fernando-pessoa.jpg

 

 

«Je crois au monde comme à une pâquerette,

parce que je le vois. Mais je ne pense pas à lui

parce que penser c'est ne pas comprendre...

Le Monde ne s'est pas fait pour que nous pensions à lui

(penser c'est avoir mal aux yeux)

mais pour que nous le regardions avec un sentiment d'accord...

Moi je n'ai pas de philosophie: j'ai des sens...

Si je parle de la Nature, ce n'est pas que je sache ce qu'elle est,

mais parce que je l'aime, et je l'aime pour cette raison

que celui qui aime ne sait jamais ce qu'il aime,

ni ne sait pourquoi il aime, ni ce que c'est qu'aimer...

 

Aimer, c'est l'innocence éternelle,

et l'unique innocence est de ne pas penser».

 

 

In Le Gardeur de troupeaux, Poésie/Gallimard.