ID de suivi UA-65326999-1

18/05/2022

ANNIE ERNAUX (1): LE PRINTEMPS FLAMBOYANT

CE MOIS DE MAI 2022, ANNIE ERNAUX NOUS OFFRE
PAS MOINS DE TROIS LIVRES ET UN FILM.
AUTANT DE PERLES PRECIEUSES.

 

DSC_8520r-1.jpg

Annie Ernaux en ce printemps éblouissant.

 

Photo: Catherine Hélie/Gallimard

Au commencement de ce mois de mai, il y eut un Cahier de l'Herne qui la consacre, elle et son œuvre traduite dans le monde entier, enseignée dans les Universités et adulée par un large public, en particulier par sa jeunesse qui se reconnaît dans cet auteur engagée.

 

1030222697.jpeg

Un roman, LE JEUNE HOMME et une réédition augmentée, L'ATELIER NOIR.

 

IMG_3775 (1).jpeg

Ces trois ouvrages très importants ont déjà valu à son auteur une avalanche d'éloges et d'entretiens médiatiques. Nous y reviendrons prochainement.

Pour l'heure, c'est au Festival de Cannes qu'Annie Ernaux présentera ces prochains jours le film réalisé avec son fils David lors de la Quinzaine des réalisateurs.

 

LES ANNEES SUPER 8

Unknown.jpeg

Annie Ernaux avec ses fils Eric et David.

 

 

* L'HERNE, ANNIE ERNAUX, 320 pages, Editions de L'HERNE (dans toutes les librairies, www.lherne.com).

** LE JEUNE HOMME, 40 pages, Gallimard.

*** L'ATELIER NOIR, 175 pages, L'Imaginaire/Gallimard (réédition complétée).

 

17:17 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Femmes, France, Lettres, Monde, Politique, Société - People | Lien permanent | Commentaires (0) |

07/02/2022

POEME CHOISI (71) LAURENT GAUDE

 Comme l'air que nous respirons, 
la Poésie nous sera toujours vitale. 
Au fil des jours et des saisons, 
voici des textes qui nous semblent répondre 
aux interrogations du vingt-et-unième siècle 
et  à notre humaine condition. 

 

 «Rien, en poésie, ne s'achève.

Tout est en route, à jamais». 

 Andrée Chedid

 

LAURENT GAUDE

photo-laurent-gaude-732x1024.jpg

Poète, romancier, grand reporter,
Roland Gaudé s’est surtout fait connaître pour
Le Soleil des Scorta (Editions Actes Sud). 
Ce roman lui avait valu en 2004 le Prix Goncourt et le Prix Jean Giono.

 

Et pourquoi pas la joie *?


«Au milieu de nos villes escaliers
Où les murs de parpaings suent du béton,
Où les fils électriques dessinent, sur les toits,
des ciels d’araignées,


Et pourquoi pas la joie?
Le temps d’une corde à sauter
qui fait tourner le monde,

D’un ballon fatigué
qui court de jambes en jambes

Et soulève la pauvreté
dans les cris d’enfant,


Et pourquoi pas la joie ?
Le pieds dans l’immondice
Mais le regard droit.
C’est notre vie,
Et nous ne pourrons pas
la mener tout entière dos plié,

Regard soumis.


Tu es née du ravage, fille,
Les coups de bâton
sur nos barrages en bois
ont célébré ta venue au monde

Et rien n’a changé, depuis,
Mais pourquoi pas la joie ?»

 

 

* De sang et de lumière, Editions Actes Sud.