ID de suivi UA-65326999-1

06/07/2015

AU PAYS DE L'ENFANCE «MODERNE» ET ETERNELLE

Qu'en est-il de l'enfance dans nos pays dits «civilisés»?

Leur esprit d'émerveillement se serait-il totalement volatilisé,
écrasé par l'omniprésence des ordinateurs ?

A voir, à lire et à entendre!

 

Tout récemment*, Matthieu Riccard nous faisait part de son inquiétude.

«Lors d’une promenade dans la campagne française, un ami me disait : « Autrefois, à la saison des cerises, nous étions tous dans les arbres à nous régaler. Maintenant, les cerises restent sur les branches. Les enfants d’aujourd’hui ne grimpent plus aux arbres.  Ils sont généralement devant leurs ordinateurs. »

 

Et le fils du philosophe Jean-François Revel, devenu moine bouddhiste et  interprète du Dalaï-Lama, de nous apprendre que les enfants d’aujourd’hui joueraient «dix fois moins ensemble, dans les lieux publics, la rue notamment, qu’il y a trente ans». 

Le docteur en génétique cellulaire se base sur des études scientifiques pour affirmer que «le contact avec la nature se limite souvent à une image de fond d’écran d’ordinateur» et que « les jeux sont de plus en plus solitaires, virtuellement violents, dénués de beauté, d’émerveillement, d’esprit de camaraderie et de satisfactions simples». 

 

L’agriculteur et philosophe Pierre Rabhi partage ce constat:

«On voit s'ériger des générations d'enfants qui faute d'un éveil à la vie, sont réduits à n'être que des consommateurs insatiables, blasés et tristes».

 

Ces observations reposent sur une réalité à déplorer. Que deviendra un monde où les enfants ne sauraient plus jouer ensemble ?

Et une planète qui laisse ses fruits pourrir sur les arbres tandis que vingt mille enfants, au moins, meurent chaque jour de faim ?

 

Du goût des cerises...

En ce qui me concerne, une cueillette de cerises «sur l'arbre» dans un jardin genevois figure parmi mes plus lumineux souvenirs d’enfance. 

Des années plus tard, dans la campagne de Bussigny, les cerises de l’arbre que nous avions loué à un agriculteur avaient gardé le même goût.

Serait-ce dû à la première cueillette de cerises sur l’arbre, j'ai gardé jusqu’à ce jour la passion irrémédiable des cerises – des bigarreaux bien croquants et dodus – que je croque avec délice de l’Italie à la Provence, partout où le soleil les a couverts d’affection.

Dans mon village de la montagne suisse, mes petits voisins sont tristes parce que le cerisier de leur grand-mère est «malade». Il ne donne plus de cerises. 

Mais il leur reste par bonheur fraises, framboises et salades à voir grandir et à cueillir.  

Ces enfants-là fabriquent des cannes à pêche avec des bouts de bois et des ficelles. Ils créent des herbiers et des mosaïques naturelles, veillent sur leurs chats, rendent visite à l'agneau nouveau-né du voisin.

S’ils savent aussi utiliser un ordinateur, ils prennent le temps de regarder les étoiles, d’observer les fourmis et de dialoguer avec leur entourage.

 

J’ai bien de la chance de les avoir pour voisins.

Suis-je restée une enfant, je ne me lasse pas de les observer ni de jouer avec eux, parfois, car il ne faudrait pas trop les déranger, serait-ce dans les rires, avec des livres et des poèmes aussi...

 

 .jpg

Dans mon petit village, les enfants savent aussi regarder les couchers de soleil (ici sur Les Dents-du-Midi) et les nuages...

 

photo: gf

 

Les enfants seuls

 

Sobrement intitulé Les enfants seuls**, le premier livre de Céline Cerny déborde de tendresse et de poésie. La jeune maman auteur et chercheuse en littérature connaît bien l’univers de l’enfance. Elle est la maman de Clara et Merlin, à qui elle a dédié son recueil.

De Lisa à Dolorès, de Léon à Tony, Céline Cerny a su faire parler une vingtaine d’enfants «seuls». Elle a d’abord pris le temps de les écouter avec respect et empathie. Ce que nous disent ces enfants mérite d’être entendu.

 

«J’aime courir vers les clairières et recevoir la chaleur du soleil. J’aime croire que je me suis aventurée si loin que plus personne ne se doute de mon existence…» a dit Joëlle à Céline tout en poursuivant: «Il faudrait arrêter de se laver, pour garder sur la peau la saveur du soleil».

Quant à Lucie, qui rêve d’être cosmonaute depuis que son grand frère l’a initiée à l’univers des étoiles, elle se pose bien des questions le soir, sous ses couvertures: «J’ai bien compris le fonctionnement du système solaire, il y a d’autres planètes et d’autres galaxies. Je tente aussi d’imaginer ce qu’est un trou noir, une densité sombre et silencieuse dans laquelle tout disparaît. 

Oui, mais après, il y a quoi ? après, encore bien plus loin que tout ça, il y a quoi?»

 

Il y a quoi ?

Vous l'aurez saisi. Mystères, joies, tristesses et rêves cohabitent à chaque page de ce précieux petit livre.

 

 

* Blog de Matthieu Riccard:  www.matthieuricard.org

 

** Les enfants seuls, Editions d’Autre part, 132 pages.

 

 

www.dautrepart.ch

 

 

15/06/2015

VILLEFRANCHE-SUR-MER: LE RETOUR DE «CHARLOTTE»

Peu après ma lecture de Charlotte*, le dernier roman
de David Foenkinos, j’ai eu la chance de visiter à Villefranche-sur-Mer 
l’exposition Charlotte Salomon intitulée: Vie ? ou Théâtre ?  

Double regard sur une plongée dont on ne ressort pas indemne.

 

Née à Berlin en 1917 et morte à Auschwitz en 1943, enceinte, Charlotte Salomon a réussi à survivre par le dessin, l’écriture et la musique. Tous arts qu'elle a pratiqués entre Berlin et Villefranche-sur-Mer.

Pour David Foenkinos, les œuvres de Charlotte Salomon ne sont rien d’autre qu’«une vie passée au filtre de la création».

Charlotte a valu à l’écrivain français d’être honoré d’un exceptionnel doublé. Au cours de l’année 2014, Foenkinos s'est vu décerner le Prix Renaudot et le Prix Goncourt des lycéens. 

Les deux premières phrases de son roman nous agrippent d’emblée.

 

«Charlotte a appris à lire son prénom sur une tombe.

Elle n’est donc pas la première Charlotte…»

A: 20150508_160355.jpg

A l'entrée de la Citadelle de Villefranche-sur-Mer,
une affiche annonce le retour de Charlotte au pays où elle réalisa
la quasi totalité de ses œuvres.

 

photo: gf

 

D’une Charlotte à l’autre, d’une guerre à l’autre

La première fut Charlotte Grunwald, la tante maternelle de Charlotte Salomon. En 1913, elle a dix-huit ans quand, après avoir vécu dans la lenteur et la mélancolie, une nuit, elle saute d’un pont.

Bouleversée par le départ de sa sœur, Franzisca deviendra infirmière. Lors de la Première guerre mondiale, elle rencontre un jeune chirurgien, Albert Salomon, qu’elle épouse.

Le 16 avril 1917 naît une petite fille qu’elle voudra appeler Charlotte, du nom   de sa sœur disparue qu'elle apparente à un Ange. Son mari tentera bien de s’y opposer afin de conjurer la fatalité d’une lignée familiale suicidaire mais…

 

«Il sent que ce combat est inutile.

Et d’ailleurs, qui a envie de se battre pendant la guerre ?

Ce sera donc Charlotte».

 

Les premières années de la petite Charlotte seront ponctuées  par ces visites au cimetière sur la tombe de sa tante, «la noyée», mais elles seront surtout habitées par les notes de musique que sa mère chante et joue au piano.

 «Lorsqu’on a une mère qui chante si bien,
rien ne peut
 arriver».

 

Charlotte a neuf ans seulement lorsque sa mère est emportée par «une grippe foudroyante» lui dit-on.

Elle en a vingt-trois lorsque son grand-père, réfugié comme elle à Villefranche-sur-Mer, lui révélera la vérité cachée durant tant de temps.

 «Existent-ils seulement les mots pour dire un tel vertige?» 

 

La Méditerranée qui la fascine – elle n'a «jamais rien vu d'aussi beau» – l’attire un bref instant.

Après avoir attendu «tel un dieu pouvant surgir du vide», Alfred Wolfsohn, l’«amant-âme» abandonné à Berlin pour échapper à l'enfer nazi, elle a rencontré à Villefranche-sur-Mer un jeune réfugié, Alexandre Nagler. Un nouvel amour. Grâce à lui et au dessin, Charlotte survivra.

Charlotte_Salomon.Keuze_JSF_BE_EvA_JHM_04351 (1).jpg

 

Cette jeune fille qui se dessine est Charlotte dans le jardin de l'Ermitage,
au-dessus de Villefranche-sur-Mer. Elle était folle de sa nature luxuriante.

 

Un roman-poème hors normes

En plus de la biographie qui est au cœur de ce livre, Charlotte est d’abord une prouesse littéraire.
David Foenkinos a écrit son roman comme un poème. Ses retours à la ligne ne sont jamais gratuits. Chacun d’eux se justifie.

L’auteur aurait-il été emporté par la trajectoire de Charlotte, la succession de drames qui perturba sa famille (que de suicides, que de guerres!) me suis-je d’abord demandé. La réponse à ma question est dans le livre.

C’est par le plus pur des hasards  que David Foenkinos découvrit l’œuvre de Charlotte. En 2004, grâce à une bourse littéraire, il est en Allemagne. Visitant une exposition de Charlotte Salomon à Berlin, l’écrivain éprouve aussitôt

 

«La connivence immédiate avec quelqu’un.
La sensation étrange d’être déjà venu dans un lieu… 

Je connaissais ce que je découvrais».

 

Certes, il savait la tragédie de la jeune artiste, morte à vingt-sept ans à Auschwitz. Mais comment allait-il l’évoquer ? Serait-ce sous la forme d’un roman ? Cmme paralysé, Foenkinos ne parvient pas «à écrire deux phrases de suite». 

«Je me sentais à l’arrêt à chaque point. Impossible d’avancer…

J’éprouvais la nécessité d’aller à la ligne pour respirer».

 

Ainsi le roman devint-il poème. Quel bonheur pour le lecteur !

Ecrivain et enquêteur

Pour approcher de la réalité de Charlotte Salomon, David Foenkinos se fit enquêteur. 

 

«J’ai parcouru les lieux et les couleurs, en rêve et dans la réalité.»

 

De Berlin à Villefranche-sur-Mer, en passant par la Villa Eugènie, avenue Neuschelle 2 à Nice, il se rendit partout. A Berlin, Charlottenburg, où la petite Charlotte  vécut avec ses parents, et à  l’école Fürstin-Bismarck, à Wielandstrasse 15 où figure aujourd’hui une plaque commémorative à son nom.

Il est allé à Nice et à Villefranche-sur-Mer. Il a tenté de parler avec les proches des personnes qui avaient connu Charlotte.
Si une personne étrangement lui claqua la porte au nez, lors de son enquête, le 9 mai, David Foenkinos était bien présent pour le vernissage de l’exposition Charlotte Salomon qui a déjà été vue ailleurs en Europe et aux Etats-Unis. 

 

Une «Première» à Villefranche-sur-Mer 

C'est un retour aux origines pour ces œuvres réalisées dès 1939 par la jeune artiste sous le titre: «Vie ? ou théâtre ?» sous la forme de plus de 1300 gouaches. Colorés et naïfs, les dessins – dont nous ne voyons que les fac-similés – sont souvent accompagnés  de textes et de références musicales. Des écouteurs diffusant les musiques choisies par Charlotte Salomon permettent au visiteur de s’immerger dans son univers.

 

Une œuvre rescapée elle aussi...

Mais comment les œuvres de la jeune artiste, morte dans un camp de concentration en 1942, sont-elles arrivées jusqu’à nous ?

Peu avant son arrestation, Charlotte les avait confiées à son médecin, le docteur Moridis, pour qu’il les donne à Ottilie Moore, la mécène qui l'avait accueillie avec ses grands-parents à Villefranche-sur-Mer. En 1947, de retour en France, l’Américaine d'origine allemande se met à la recherche du père de Charlotte.  Après s'être installé à Amsterdam en 1940, après l'enfermement dans un camp, il est retrouvé à Amsterdam. Ignorant tout de cette œuvre, il emballera les dessins dans des tissus avant de les montrer, douze ans plus tard, au Musée historique juif d’Amsterdam. La donation se réalise en 1970 quelques années avant le décès  du père de Charlotte en 1976. 

 

L'exposition est ouverte jusqu'au  30 septembre 2015,  à la Citadelle de Villefranche-sur-Mer (chapelle Saint-Elme).

Si la lecture de Charlotte vous a touchés, prenez le temps de monter à la citadelle afin d' y découvrir cette très émouvante autobiographie. 

 

Anne Frank aura laissé son Journal et Charlotte sa vie dessinée et accompagnée de musique: Leben ? oder Theater ? Une interrogation qui a gardé toute son actualité et ne laisse pas indifférent.

 

* Editions Gallimard, 224 pages.