ID de suivi UA-65326999-1

20/01/2018

PHRASES RETENUES (5) ANDREE CHEDID

D'un livre à l'autre, 
des phrases m'agrippent, 
me hantent, me poursuivent.
Pour leur beauté, pour leur sens.
Souvent, ce sont des poèmes...
Comme ce texte d'Andrée Chedid
que son petit-fils, Matthieu, n'a pas oublié.*
 

TOI-MOI **

 

8 - copie.jpg

L'acuité du regard d'Andrée Chedid, considérée à juste titre

comme «l'auteur de la fraternité».

 

photo exclusive: gf (Paris, 1987).

 

 

«Par l'univers-planète univers à toute bride 

Par l'univers-bourdon dans chaque cellule du corps

 

Par les mots qui s'engendrent 

Par cette parole étranglée 

Par l'avant-scène du présent 

Par vents d'éternité

 

Par cette naissance qui nous décerne le monde

 

Par cette mort qui l'escamote

 

Par cette vie

 

Plus bruissante que tout l'imaginé

 

 

 

TOI

 

Qui que tu sois! 

Je te suis bien plus proche qu'étranger».

 

 

 

 

 

 

* Matthieu Chedid l'a mis en musique et le chante.  

** In «Poèmes pour un texte», (1970-1991) Flammarion.

 

 

16:16 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Femmes, Lettres, Monde, Solidarité, Spiritualités, Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) |

25/09/2017

D'ANDREE CHEDID A JACQUES DARBELLAY

 «Rien, en poésie, ne s'achève.

Tout est en route, à jamais». 

 Andrée Chedid

 

Jacques Darbellay* était un homme aussi profond que discret,

humble et généreux.

Il s'en est allé tout récemment

après un voyage de plusieurs années au Pays d'Alzheimer.

Je lui dédie ce poème d'Andrée Chedid

qui l'avait précédé voici quelques années

sur ces mêmes chemins.

 

POUR L'AUTRE, MON AMI

«Ce mot pour toi l'Autre

Ce mot pour te dire Ami

A la veille de nos nuits

Dans ce voyage si lent

Le trop long parcours de ma vie

ralentie

 

Ce temps si court au-dedans de nos jours

Ce temps si froid au-delà des automnes.

Ce mot sera pour toi, l'Autre,

mon Ami».

 

Jacques Darbellay-1 (1).jpg

  La pureté d'un regard.
Jacques Darbellay: auteur, pédagogue, alpiniste et ami fidèle.

 

Photo: Georges Laurent

 

 

Jacques Darbellay*

Jacques Darbellay avait fondé en Valais une école réputée, Maya-Joie, où la rigueur de l’enseignement et l'humanisme se conjuguaient au respect de la nature et à la pratique du sport. L'écriture était sa passion. On lui doit des poèmes et des monographies, des récits (parmi lesquels L'enfant de la Rosière) et des biographies. Son excellent Maurice Chappaz à la trace, paru en 1986 aux Editions Zoé, demeure une référence.
Jacques Darbellay arpenta souvent la montagne valaisanne en compagnie du poète  Maurice Chappaz et de Georges Laurent. Il signa avec son ami photographe animalier trois ouvrages: Sur le vif (Editions Maya-Joie), Saisons à vivre  (Musumeci) et  Maurice Chappaz, le marcheur au fil des mots (Porte-plumes, 2006) qui fut son dernier ouvrage.

 

 

 

 

 

09:26 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Femmes, Lettres, Nature, Suisse | Lien permanent | Commentaires (0) |