ID de suivi UA-65326999-1

30/09/2011

POEMES CHOISIS (22): GUY LEVIS MANO

Typographe passionné, éditeur et traducteur, Guy Lévis Mano n'a pas seulement édité les plus grands – dont il est souvent devenu l'ami – Eluard, Char, Jouve, Gisèle Prassinos, Andrée Chedid – mais il a aussi traduit, entre autres poètes, Novalis et Walt Whitman, Essénine et Pasternak, Lorca et Senghor. Cet auteur de poèmes qu'il lui arriva de publier sous le pseudonyme de Jean Garamond nous a laissé des textes lumineux.

 

mano.jpg

 

LOGER LA SOURCE*


«Il avait lu – tant lu.

Un jour, il gravit la montagne qui dominait la terre, il fut ému.

Mais il avait tant lu qu'il était comme un dos de livre.

De lui saillaient les feuilles, elles interceptaient, enfermaient, froissaient toutes les sources et toutes les frondaisons.

Alors fut en lui une lente faim.

Il se sentit pesant et aspira le vent.

Le vent l'effeuilla.

Il se trouva comme le dos creux d'un livre sans pages.

Et dans ce long creux le fluent et le verdoyant vinrent s'y loger.

Il devint la source et la clairière».

 

 

* In Guy Lévis Mano, par Andrée Chedid et Pierre Toreilles, collection Poètes d'aujourd'hui, Editions Seghers.

 

Un site:

www.guylevismano.com

13/09/2011

POEMES CHOISIS (21): SCHEHADE

LE SOURIRE ETERNEL DU POETE


51660759c3d81e00172bd117e77f5685.png

Poète et dramaturge, Georges Schehadé est un auteur libanais d'expression française.

En dépit des épreuves qu'il aura endurées dans sa vie personnelle (la perte d'un enfant), 
malgré la guerre qui le poussa à s'exiler à Paris, où il repose pour toujours depuis 1989, 
ce grand Monsieur de la littérrature aura su jusqu'au bout garder son âme d'enfant.

J'ai retenu de lui la fraîcheur d'un sourire. En plus de l'éternité de sa poésie...


 

«Sous un feuillage indifférent à l'oiseau salarié

Je dis que les pommes sont justes et belles

Dans la tristesse du matin

Je parle d'une rose plus précieuse

Que les rides du jardinier

 

Parce que les livres sont dans les chambres

Parce qu'il y a de l'eau dans le corps des amants».

 

 

In Les Poésies, préface de Gaëtan Picon, collection Poésie/Gallimard