ID de suivi UA-65326999-1

02/04/2015

HISTOIRE D'UNE PASSION: ALIENOR KHALIFEH

Aliénor Khalifeh est une jeune pianiste libano-suisse qui sait, pour l'avoir éprouvé, que la musique «est le plus court chemin conduisant d'un cœur à un un autre». Avec un oncle trompettiste à l'Orchestre de Bâle et des parents mélomanes, elle baigne depuis toujours dans la musique. Elle n'avait pas six ans lorsqu'elle a commencé le piano au Liban.

Installée voici deux ans déjà à Leipzig, elle vient de retrouver son pays natal le temps de trois récitals de piano.


Beethoven, Mozart, Chopin, Debussy et Honegger furent notamment au programme des concerts qu’elle a donnés à l’Université américaine de Beyrouth, à l’Université de Ballamand et à la Résidence de l’Ambassade de Suisse. Au cours de cet été, elle y retournera pour un récital en compagnie de son jeune frère trompettiste, Louis-Justin. 

De la musique avant tout pour le plaisir de jouer et d'aller «d'un cœur à l'autre», de la Suisse au Liban en passant par l'Allemagne, de ses études, et la France, de sa grand-maman, passionnée de musique, elle aussi.

 

MON_6612.jpg

Aliénor Khalifeh lors de son dernier récital à Beyrouth.

                  Son intériorité et son toucher attestent déjà d’une belle maturité. 



Mais allez donc l'écouter sur youtube dans ses interprétations de Rachmaninov et Beethoven.


Je vous souhaite de belles Pâques en musique et dans la Paix!

 

 

 

www.youtube.com/watch?v=DGTTIEW9dqc

 

www.youtube.com/watch?v=fQDFSTK66OM

 

24/03/2015

PERMIS DE RESIDER POUR LES HUMAINS

Dans Archipel des passants* de Valérie Frey et Yves Laplace, je lis:


«Rien n’est plus précaire que le sentiment de résidence,

l’impression d’être installés sur la terre, plus ou moins flanqués de voisins,
de frères 
ou d’alliés qui sont parfois nos pires ennemis…

Tout passe, malgré nous et avec nous,
nous sommes persuadés d’un archipel toujours

en mouvement…»

 

Et la photo tragiquement superbe de Massimo Sestini**, qui nous avait bouleversés, revient me hanter, avec tous ses petits points rouges, jaunes et bleus vus du ciel. Avec tous ses êtres, petits et grands, serrés les uns contre les autres. Tous sont en quête d'une terre moins inhumaine que la leur. Comment les oublier, eux qui ont réussi à embarquer sur ces bateaux de fortune «grâce» à des passeurs plus ou moins honnêtes et après avoir souvent vendu une terre ou une maison ?

Où «résidaient-ils» donc tous ceux qui ont dû quitter leur patrie et leurs famille? Ont-ils fui une dictature, une guerre, la faim pour prendre le risque d'une croisière si hasardeuse ? Avec un peu de chance, ils arriveront vivants de l'autre côté de la Méditerranée. Et cela seul, pour l'instant, importe.  Pourront-ils étudier, travailler ou seront-ils expulsés ? La promiscuité dans les camps leur sera toutefois moins insupportable que sur leur embarcation. Les rescapés savent que plusieurs de leurs compagnons de malheur «résideront» à jamais au fond des mers. Leurs enfants et leurs parents n'en sauront rien. Les «avis de décès» n'habitent pas les fonds sous-marins.

Sans titre 2.jpg

Cette photo de Massimo Sestini a obtenu le 2 me Prix «World Press Photo» 2015
lors d'une opération de sauvetage de la marine italienne.

coypright: Massimo Sestini


Comme la terre ne cesse jamais de tourner, et les drames de s'enchaîner, pensant aux immigrés de la Méditerranée, je me demande si Charlote Wèi*** est toujours vivante. Cette pionnière avait guidé le Clézio lors de son séjour à Vanuatu. La jeune femme qui fut notamment à l'origine du renouveau de l'art des nattes, était venue exposer ses oeuvres au Musée du Louvre à l'invitation de Le Clézio.

Où est-elle aujourd'hui ? Elle et ses filles ont-elles échappé au cyclone PAM qui a ravagé une bonne partie de son île ? 

Qu'il soit à Albuquerque ou à Séoul, à Maurice ou en Bretagne, seul Le Clézio pourrait nous le dire.

En attendant de le savoir, pour retrouver Charlotte et découvrir Vanuatu, relisons Raga!

Et rêvons du jour où tous les êtres, sur terre, dès le moment de leur naissance, reçoivent un permis de résidence illimité dans le temps.




 



 

 

 

 * Album de textes et photos, Valérie Frey, Yves Laplace, Editions Infolio.

** www.mariosestini.it

*** in Raga, Approche du continent invisible, de JMG Le Clézio, Editions du Seuil, collection Les peuples de l'eau dirigée par Edouard Glissant.


08:49 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0) |