ID de suivi UA-65326999-1

17/10/2015

POEMES CHOISIS (48) RENE A R C O S

  Comme l'air que nous respirons, la Poésie nous sera toujours vitale.

Au fil des jours et des saisons, voici des textes qui nous semblent répondre
aux interrogations du vingt-et-unième siècle 
et  à notre humaine condition.

 

«Rien, en poésie, ne s'achève.

Tout est en route, à jamais».

 

Andrée Chedid

 

TOUT N’EST PEUT-ÊTRE PAS PERDU

images-2.jpeg

 

«Tout n’est peut-être pas perdu

Puisqu’il nous reste au fond de l’être

Plus de richesses et de gloire

Qu’aucun vainqueur n’en peut atteindre;

 

Plus de tendresse au fond du coeur

Que tous les canons ne peuvent de haine

Et plus d’allégresse pour l’ascension

Que le plus haut pic n’en pourra lasser

 

Peut-être que rien n’est perdu

Puisqu’il nous reste ce regard

Qui contemple au-delà du siècle

L’image d’un autre univers.

 

Rien n’est perdu puisqu’il suffit

Qu’un seul de nous dans la tourmente

Reste pareil à ce qu’il fut

Pour sauver tout l’espoir du monde».

 

 

In Le Sang des autres, 1919.

11/10/2015

POEMES CHOISIS (47) FERNANDO PESSOA

 Comme l'air que nous respirons, la Poésie nous sera toujours vitale.
Au fil des jours et des saisons, voici des textes qui nous semblent répondre
aux interrogations du vingt-et-unième siècle 
et  à notre humaine condition.

 

«Rien, en poésie, ne s'achève.

Tout est en route, à jamais».

 

Andrée Chedid

 

 

images-1.jpeg

 

Fernando Pessoa (allias Alberto Caeiro pour ce texte).

 

IL NE SUFFIT PAS D'OUVRIR LA FENETRE

«Il ne suffit pas d’ouvrir la fenêtre

Pour voir les champs et la rivière.

 

Il n’est pas suffisant de ne pas être aveugle

Pour voir les arbres et les fleurs.

 

Il ne faut avoir aucune philosophie.

 Avec la philosophie, il n’y a pas d’arbres : il y a seulement des idées.

 

Il n’y a que chacun de nous, pareil à une cave.

 Il n’y a qu’une fenêtre fermée, et le monde entier au-dehors ;

 

Et un rêve de ce qui pourrait être vu si la fenêtre s’ouvrait,

et qui n’est jamais ce qui est vu lorsque la fenêtre s’ouvre».

 

 

 

* In Oeuvres poétiques, Bibliothèque de la Pléiade, 2001.