ID de suivi UA-65326999-1

14/02/2018

ERLING MANDELMANN: LA PUDEUR ENCHANTEE

 Quel a été le secret du photographe danois
Erling Mandelmann?

Comment ce grand timide réussit-il à apprivoiser
tant de personnalités, artistes ou anonymes ? 


Dans la préface d’un album* paru en 2000 déjà, l'auteur Bertil Galland – qui partage avec Erling des origines nordiques –,  évoque la trajectoire du photographe entre Copenhague et Lausanne via Paris. Il  nous révèle aussi la clé de son secret. 

 

Erling_Mandelmann.jpg

Un regard qui conciliait humilité et humanité.

photo: Erling Mandelmann.

 

«Avec son air de s’excuser, Mandelmann parvient à crocheter la porte et surprend le personnage au naturel. Sans flash il lui envoie sa propre lumière. Ni l’angle parfois insolite ni l’attitude ne semblent agencées. L’image laisse seulement deviner la présence d’un observateur qui très vite, sans s’imposer, a saisi l’essentiel. On perçoit sans cesse ses égards envers les autres et cette pudeur enchantée dans la mise à nu».

 

21e0MkRIezL.jpg

Le graveur Albert Yersin en couverture de Rencontres.

 

Les portraits d’Albert Yersin et d’Hubert Reeves, de Philippe Jaccottet et Jean-Claude Hesselbarth, Arthur Rubinstein et Yehudi Menuhin, Juliette Greco et Pascal Auberson, Audrey Hepburn et Marina Vlady n’ont pas fini de m’interpeller…

Ce sont de rares et précieux moments d’intimité qu’Erling, «envolé» le 14 janvier, a su immortaliser et partager avec nous. A déguster-méditer avec émotion.

 

 

* RENCONTRES,  Portraits de 35 ans de photo-journalisme, dédié à Björka et Rea (en souvenir de leur mère, Verena), Editions Benteli, 126 p., préfaces  de Bertil Galland et Charles-Henri Favrod.

15:24 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Images, Lettres, Médias, Monde, Vaud, Voyages | Lien permanent | Commentaires (0) |

08/02/2018

PHRASES RETENUES (7) PASCAL QUIGNARD

D'un livre à l'autre, 
des phrases m'agrippent, 
me hantent, me poursuivent.
Pour leur beauté, pour leur sens...
Comme ces mots de Pascal Guignard*,
l'écrivain habité par l'amour et la musique.

AVT_Pascal-Quignard_6910.jpg

L'auteur de Vie secrète* et de Tous les matins du monde

entre autres livres incandescents.

 Photo: Editions Gallimard.

 

«Ceux qui aiment ardemment les livres constituent,

sans qu’ils le sachent,

la seule société secrète exceptionnellement individualisée.

La curiosité de tout et une dissociation sans âge les rassemblent

sans qu’ils se rencontrent jamais.

Leurs choix ne correspondent pas à ceux des éditeurs,

c’est-à-dire du marché. 

Ni à ceux des professeurs, c’est-à-dire du code.

Ni à ceux des historiens, c’est-à-dire du pouvoir.

Ils ne respectent pas le goût des autres.

Ils vont se loger plutôt dans les interstices et les replis, 

la solitude, les oublis, les confins du temps, les mœurs passionnées,

les bois des cerfs,

les coupe-papier en ivoire…»

 

A41107.jpg

 

* In Vie secrète (Dernier royaume, VIII), Editions Gallimard, 1998.

 

 

17:21 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Fiction, France, Lettres, Monde, Musique | Lien permanent | Commentaires (0) |