ID de suivi UA-65326999-1

28/04/2020

PHRASES RETENUES (17) CLAUDE LEVENSON

D'un livre à l'autre, des phrases m'agrippent, me hantent
et me poursuivent.
C'est le cas de La montagne des trois temps
de 
Claude Levenson.
L'orientaliste et tibétologue nous a quittés
voici bientôt dix ans
mais elle est toujours parmi nous 
puisque ses livres nous accompagnent.

 

La montagne des trois temps

Dans les années 1990, Claude est en route vers «une montagne  singulière qui fait rêver». Elle se situe au-delà des Himalayas, au Tibet. C’est le Mont Kailash. Elle marche vers lui avec son compagnon de vie et de route Jean-Claude Buhrer.

Kailash_north.JPG

La face nord du Mont Kailash

copyright: Ondřej Žváček

 

La marche est rude pour ce couple peu familier de la haute montagne. Mais Claude et Jean-Claude  persévéreront vers cette montagne sacrée, côtoyant les pèlerins tibétains et leurs yacks, sous un ciel souvent limpide et dans les pierriers.

991177780.JPG

L'écrivain, auteur d'une cinquantaine de livres sur le bouddhisme et le Tibet,
notamment, traduits en de multiples langues.
Ici, escale bienvenue et dialogue avec des Tibétains au pied du Mont Kailash.

 

copyright: Jean-Claude Buhrer

 

Claude Levenson pressent qu’il y aura un avant et après ce voyage. Avant de prendre le sentier du retour vers la plaine et les rivières, elle nous laisse un message intemporel.

«Ainsi la boucle est-elle bouclée. Il faut désormais repartir, redescendre vers les plaines à travers les grands défilés qui sont aux avant-postes de l’espace et d’une certaine lumière.

Peut-être la Montagne des trois temps m’a-t-elle confié trois secrets: la gratitude envers le passé, la disponibilité envers le présent, la responsabilité envers l’avenir. Mais il n’y a pas vraiment de secret: deux fois né veut simplement dire pleinement né. Etre avec sa raison, sa conscience et son cœur, au-delà des petits riens égoïstes, ouvert à une harmonie nouvelle, clef d’un accord avec le monde».

 

 

* In La montagne des trois temps, Calmann-Lévy (Collection Ligne de vie), 1995.

 

 

 

 

 

 

17:31 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Femmes, France, Histoire, Lettres, Monde | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.