ID de suivi UA-65326999-1

25/08/2018

POEMES CHOISIS (61) JOSE-FLORE TAPPY

Comme l'air que nous respirons, 
la Poésie nous sera toujours vitale.
Au fil des jours et des saisons, 
voici des textes qui nous semblent répondre
aux interrogations du vingt-et-unième siècle 
et  à notre humaine condition. 

 «Rien, en poésie, ne s'achève.

Tout est en route, à jamais». 

 Andrée Chedid

  

Les pylônes*

tappy_c_yvonne_bohler-600x393.jpeg 

  Lauréate de plusieurs grand prix littéraires – dont le Schiller – 

José-Flore Tappy a publié son dernier livre à La Dogana.

 

photo: Y.B. Babelio

 

«C’est l’heure où

les jardins encore humides

sous les arbres en fleurs

déplient leurs couvertures

comme une terre promise

avant que monte avec le jour

l’amertume poussiéreuse 

des fenouils

 

On fait des nœuds aux phrases

on les attache entre elles,

maille après maille,

ainsi s’étend autour de nous

un grand filet de bruits,

de conversations, de murmures,

où s’éveille, suspendu,

tout un village de terre,

d’asphalte

 

nos voix se croisent dans l’aube

comme des phares un peu flous,

comme les marguerites effacées

de ton vieux tablier

 

ténues, elles frôlent le sol

sans se briser…»

 

 

* In Trás-os-montes, La Dogana, Collection Poésie, Genève, 2018.

15:55 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, Femmes, Genève, Lettres, Médias, Université, Vaud | Lien permanent | Commentaires (0) |

12/08/2018

ALAIN BOSQUET: UN POEME D’ACTUALITE

 «Rien, en poésie, ne s'achève.

Tout est en route, à jamais». 

 Andrée Chedid

 

La poésie est intemporelle.
Alain Bosquet aurait rugi
face aux guerres de notre temps
qui n’épargnent pas les enfants.

Certains sont morts il y a quelques jours encore sous les bombes au Yémen. D’autres ont péri en Syrie, en Irak, en Afghanistan…et j’en oublie. Chaque jour, des bébés naissent en Méditerranée sur des bateaux de fortune. D’autres ont été arrachés à leurs parents aux Etats-Unis au nom de lois indignes décrétées par l'Occidental Trump.

Je leur dédie ce poème d’Alain Bosquet qui, d’Odessa à Paris via Bruxelles et les Etats-Unis, fut confronté dans son esprit et dans sa chair aux turbulences de notre planète

AVT_Alain-Bosquet_8921.jpeg

Alain Bosquet (1919, Odessa, 1998, Paris).

 

«Je crie pour les enfants perdus.

J’écris.

Je crie pour la femme éventrée.

J’écris.

Je crie pour le soleil qu’on souille.

J’écris.

Je crie pour la ville qu’on brûle.

J’écris.

Je crie pour l’arbre assassiné.

J’écris.

Je crie pour le rêve sans fond.

J’écris.

Je crie pour la planète folle.

J’écris

de ne pouvoir crier».

 

In Le Tourment de Dieu, 1986, Ed. Gallimard.

 

10:29 Écrit par Gilberte Favre dans Culture, France, Histoire, Lettres, Société - People | Lien permanent | Commentaires (0) |