ID de suivi UA-65326999-1

20/04/2017

DE MICHEL A GREGOIRE: LE DON DE RESILIENCE

 Deux récits parus à L'Aire 
sont reliés par un même fil rouge: celui de l’enfance
et
 des familles «complexes»... 
ainsi que le goût de l’Ailleurs.

L'Ailleurs a sauvé Michel et Grégoire.


Les mères et les pères, quand ils existent concrètement, ne sont qu’intermittents. 
Si Michel Volger et Grégoire Müller n’ont pas vécu dans le même milieu, l’un à Genève, en pouponnière puis chez des parents adoptifs, l’autre à Morges, chez ses grands-parents maternels, tous deux avaient trois ans quand ils connurent le premier et le plus brutal arrachement.

 

Etoile de mère

Vogler_couv.jpg

Michel Volger à l'assaut d'un sommet. 

 

 «Mis au monde dans je ne sais quel amour», Michel Volger n’a jamais connu celle qui lui donna le jour, âgée de seize ans, et qui mourut trois ans plus tard. Elle est l’Etoile de mère qui orientera toute sa vie. Une succession d’abandons, d’humiliations et de maltraitances conduiront le garçon à se dépasser. La résilience serait-elle sa vocation? Plus simplement, c’est pour sa mère inconnue qu’il vivra.

Du Mont-Blanc à l’Himalaya en passant par l’Alaska, il conquiert les sommets les plus hauts, dirige des expéditions, devient musicien, construit des bateaux, crée le Centre aérostier du Léman – l’univers lacustre lui est aussi familier que celui de la haute montagne –, voyage dans les Balkans à la recherche de son père puis sillonne le Proche-Orient à bord d’une 2 CV.
«Rêveur épris de liberté, je ne crois pas en Dieu mais aux hommes et aux femmes».
S’il se retrouve dans la pensée fraternelle de Camus, Vogler ne se lasse pas de contempler la nature qu’il connaît de près. En fin de compte, écrit-il, une fois devenu père et grand-père, «Je pas
serais ma vie à regarder le ciel»…


 L’Aire, 376 pages.

  

La Maison de Morges 

1540-1.jpg

Rien d’étonnant si Grégoire Müller ouvre son livre avec ce poème de René Char: 

 

«Maison mentale.

Il faut en occuper toutes les pièces,

les salubres comme les malsaines,

et les belles aérées,

avec la connaissance prismatique

de leurs différences».

 

C’est avec avec une précision d’entomologiste que l’artiste-peintre installé aujourd’hui à La Chaux-de-Fonds (après avoir vécu à Paris et New York) évoque la demeure de ses grands-parents maternels. Lui parle plutôt de topographie…
De pièce en pièce, le voilà qui nous entraîne dans La Maison de Morges de la Bibliothèque aux corridors habités par les œuvres de grands maîtres, des salons à la galerie qui héberge les œuvres de son père sculpteur, lauréat de la Biennale de Venise, attachant mais trop souvent absent. 
Et que dire de cette mère, mystérieuse et intermittente qui se consacre aux «autres» et oublie son fils ?


Grégoire Müller avait trois ans, comme Michel Vogler, lorsque ses parents, fraîchement divorcés, le déposèrent à Morges où il demeura jusqu’à ses seize ans. Gênes et Zurich ne sont plus que de lointains souvenirs. Le nonno est un notable, avocat à Lausanne, et la nonna de nature très affectueuse. Il n’empêche qu’un mystère plane sur La Maison de Morges. L’enfant aimerait comprendre la rupture de ses parents, leur éloignement. Afin de compenser leur absence, il dévore les livres et se met à écrire. Puis il dessine et il peint avec talent et inlassablement. Ses grands-parents lui permettront de réaliser sa vocation d’artiste-peintre. Si Grégoire Müller s’est finalement décidé à écrire La Maison de Morges, ce n’est pas tant pour s’auto-analyser que pour répondre aux interrogations de ses enfants et petits-enfants. Car les cinquante années qu’il a vécues après le temps de  La Maison de Morges «ont été entièrement conditionnées par les premières années formatrices», écrit-il.

Il écrit probablement comme il peint et sculpte, au burin. Un style très sobre et dense raconte l'enfance d’un peintre et sculpteur qui n’aura pas connu la tendresse d’une mère et d'un père. Comme Michel Volger, il fut aussi incité à écrire par sa fille et ses petits-enfants...
L’un et l’autre auront su transformer les manques affectifs et les obstacles en créativité. Respect pour leur courage!

L’Aire, 231 pages.


Tous deux signeront leurs ouvrages au Salon du livre de Genève (stand E561 les 26, 27, 28, 29 et 30 avril).

 

www.salondulivre.ch/fr

 

 

 

 

 

www.gregoiremuller.ch   (pour découvrir l’œuvre de l’artiste).

 

16/04/2017

RENDEZ-VOUS AU SALON DE GENEVE!

Cela fait 31 ans que je fréquente le Salon du livre
et de la presse de Genève et
 que j'y signe mes titres
parmi mes collègues auteurs de Suisse et d'ailleurs.
Autant d'années que je pars à la découverte de mes amis
les plus fidèles: les livres.

 

Je me souviens du scepticisme de certains lorsque l'éditeur Pierre-Marcel Favre lança cette idée un peu audacieuse pour la Suisse... Je revois Jacques Mercanton, soutenu par Bertil Galland, étonné de voir tant de monde s'intéresser aux livres...C'était à la première édition.
Et puis, la joie de Chappaz, Nicolas Bouvier et Anne Cunéo  à dialoguer avec leurs lecteurs.

Et à l'enseigne d'Empreintes, les ouvrages poétiques que nous proposait le délicat François Rossel. 

Si certains d'entre eux ont disparu, leurs livres continueront de vivre.

Et d'autres auteurs ont émergé.

Que le Salon du livre et de la presse de Genève soit devenu «un souk», comme disent certains, le  fait est que la prise de risques de Pierre-Marcel Favre a été couronnée de succès. La 31 me édition aura lieu, sous la houlette de sa présidente Isabelle Falconnier du 26 au 30 avril 2017 à Palexpo.

Une fois de plus, je flânerai ici et là, m'attarderai aux stand des éditeurs de poésie et des enfants, partirai à la découverte des explorateurs d'Amérique du Nord et des sherpas. Je me laisserai guider par mon instinct, par le plaisir des retrouvailles...

A propos, je signerai mes deux derniers livres samedi 29 avril, au stand des exposants E561, entre 10 et 12 heures où vous êtes bienvenus!
 

A bientôt! 

Chappaz.jpeg

 

 

 

Couv 1.jpg

 

«Car notre seule vraie famille est celle des livres».

 

La citation est de Le Clézio que j'ai eu le bonheur de rencontrer au Salon du livre de Beyrouth. C'était en 2001 et la planète était moins inquiétante me semble-t-il...

Bon Salon à tous et un grand merci à celles et ceux qui en assurent l'organisation.

 

http://www.salondulivre.ch/fr