ID de suivi UA-65326999-1

24/04/2016

POEMES CHOISIS (52) VAHE GODEL

Comme l'air que nous respirons,
la Poésie nous sera toujours vitale.
Au fil des jours et des saisons, 
voici des textes qui nous semblent répondre
aux interrogations du vingt-et-unième siècle 
et  à notre humaine condition.

 

  

«Rien, en poésie, ne s'achève.

Tout est en route, à jamais». 

 

Andrée Chedid

  

REFUGIE-TOI… 

Godel_Vahe_1.jpg

Vahé Godel à Genève.

Photo: Erling Mandelmann

 

 

réfugie-toi dans mon feuillage

 

écoute l’élégie des oiseaux disparus

 

ne bouge plus

 

ferme les yeux

 

– et du bout de la langue

 

effleure

 

les ailes du silence

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un arbre chante, L’Aire, 2016.

18:26 Publié dans Culture, Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

21/04/2016

SANDRO RUMNEY: RENAITRE APRES UN AVC

Sandro Rumney, 
le petit-fils de Peggy Guggenheim, 
revient de loin. 
Mais il est aussi devenu un homme nouveau. 
Il faut préciser qu’entre-temps…

 

En 2006, après une enfance bousculée par les deuils et les abandons, tout allait plutôt bien pour ce marchand d’art international, âgé de quarante-sept ans et père de quatre enfants. Après une période d’intense activité et de stress, accompagnée de maux de tête et de fourmillements ici et là – dans un bras et une jambe –  Sandro Rumney avait décidé de partir se ressourcer au Yucatan, dans un lieu qui lui était familier. Une sorte de Paradis sur fond de mer des Caraïbes...

IMG_0243.jpg

En novembre 2012, à Paris, un père heureux entouré de ses enfants Sindbad, Santiago, Olivia et Lancelot. Le désespoir s'est volatilisé. Le chien Bobo a  joué un rôle non négligeable 
dans la convalescence de Sandro Rumney.

photo: copyright: S. Rumney.

 

Le séisme de l'AVC

Le 4 mars à Tulum, un site maya précolombien, c’est le séisme de l’AVC* (accident cardiovasculaire) qui le cloua au sol. Dix ans après, il n’a pas oublié le contact de sa joue avec le béton, ni le moment où ses jambes refusèrent de le porter et où les mots ne réussirent pas à franchir ses lèvres... Alors qu’il y avait urgence vitale, les médecins mexicains tardèrent dans sa prise en charge. Rapatrié en France au bout de deux semaines, Sandro fut hospitalisé durant trois mois. Bien qu'encouragé par la présence de ses enfants et de ses proches, il y subit le temps interminable des hospitalisations. De la prison de son mutisme, il est condamné à entendre les analyses pontifiantes de médecins pour la plupart dépourvus de doctorats ès Humanité. Il endura cette période jusqu'au jour où le miracle advint.

 

Le message de Philippe Van Eeckhout: ne jamais se résigner

Voici qu'un médecin, orthophoniste à La Salpétrière, s’intéresse à lui, non pas en tant que «cas étrange» ou exotique mais en tant qu'être humain.

Le Professeur Philippe Van Eeckhout** qui sait apprivoiser les êtres soudain privés du langage, avait réussi à communiquer avec Jean-Dominique Baby, l’«homme-papillon». Il saura dialoguer avec Sandro Rumney. Il croit en lui. Il sait qu’il pourra à nouveau parler puisqu’il le veut. N’a-t-il pas surmonté le suicide de sa mère, l’artiste Pegeen Vail Guggenheim à l’âge de neuf ans, l’abandon de son père, l’artiste Ralph Rumney, au même âge, et la disparition de sa petite Paloma du syndrome de la mort subite du nourrisson ?  

N’a-t-il pas survécu à de multiples traumatismes affectifs ? Mais la résignation n’est pas sa vocation. La Venise natale est demeurée sa ville «magique» et lui qui n'a pas été submergé d'affection familiale aime plus que tout au monde ses enfants.
A force d’obstination et de patience, celui qui était considéré comme «aphasique» va  retrouver les mots. Des premiers sons aux balbutiements, des mots aux phrases, la méthode de Philippe Van Eeckhout va payer.

Sandro Rumney accepte que les séances d’orthophonie, qu’il suit à raison de plusieurs fois par semaine, soient enregistrés par le réalisateur Gilles Mardirossian pour l’émission L’Atelier de la création de France Culture.

L’émission touchera de nombreux auditeurs et reçoit deux Bourses. Celle de la SCAM (Société civile des auteurs multimédia) 2010 et celle de Phonurgia Nova / GRM de l’INA en 2012.

Elle peut être entendue sur Internet et il faut l'écouter:

www.franceculture.fr/emissions/latelier-de-la-creation-14-15/acr-je-navais-pas-la-parole-et-entretemps 

 

Par son exemple, Sandro Rumney a prouvé que l’impossible était possible. Les premiers mots qu’il prononça, à la sortie de son séjour au pays du silence, furent: «Entre-temps»*…

 

Entre-temps est aussi une autobiographie 

 

512txjfgRqL._AA160_.jpg

 

Sur la couverture d'Entre-temps, Sandro Rumney dans les bras de son père,

l'artiste Ralph Rumney.

 

Mais il ne s'est pas arrêté là. Durant deux ans, avec la complicité de l’écrivain Laurence Moss, Sandro Rumney est revenu sur sa vie «en toute transparence». Cet exercice de thérapie lui fut libération. Aussi passionnant que bouleversant, ce livre a été écrit avec une totale sincérité. Sandro Rumney n'a voulu en gommer  ni les moments de joie ni les malheurs. 
De Venise, où il naquit, à la France où il vit aujourd'hui, du Vénézuela à New York en passant par la Suisse, il a côtoyé de grands artistes et vécu mille vies. Rédigée 
anglais, l'autobiographie du fils de Pegeen Vail et de Ralph Rumney est surtout une magnifique leçon de résilience.

C’est  en effet un homme nouveau qui est né après l’AVC survenu au Mexique. 

 

IMG_0866.jpg

En avril 2013, à Cassel, dialogue silencieux et non moins éloquent
entre Sandro Rumney, 
qui a gardé son œil, 
et une sculpture de Stéphane Balkenhol.

 

copyright: Sandro Rumney

 

L'art toujours...

Parallèlement à sa rééducation et à l’écriture de son livre, Sandro Rumney n'a pas oublié l'Art. Ainsi a-t-il organisé deux expositions à la Collection Peggy Guggenheim de Venise, le lieu où il a vécu une partie de son enfance, avec deux artistes qui lui sont chers: John Armleder et Stéphane Balkenhol. Sans oublier son «mauvais père» dépendant de l’alcool dont il exposa les oeuvres à Paris car celui-ci était aussi un grand artiste. Autant dire que le marchand d’art, qui tenait une galerie à New York et une autre à Paris, est désormais sur orbite et qu'il va continuer sur sa lancée.

Il ne sera peut-être pas tout à fait comme avant, mais probablement mieux qu’avant. En dix ans, il a eu le temps de méditer et de remettre à leur place ses repères, ses vraies amitiés et d’abandonner les parasites plus intéressés par sa généalogie que par l’être humain. Il ne parle plus aussi vite qu'avant mais la vitesse de l'élocution n'est de loin pas une vertu primordiale...L'important est ailleurs. Il est dans le regard que l'expert pose sur les œuvres d'art. 

Et cet oeil, dont il a hérité de sa grand-mère, Sandro Rumney ne l’a jamais perdu et il a dû gagner en acuité. Voilà qui explique qu'il soit aujourd'hui très résolument sur le chemin de la Renaissance de la vie et de l'Art.

 

En Suisse, plus de 10 000 personnes sont touchées chaque année par un AVC. Leur nombre est en constante augmentation. 

** Entre-temps, de Sandro Rumney et Laurence Moss, Editions Albury Books, illustré, 215 pages.

www.alburybooks.com

www.amazon.fr/Entre-Temps-An-Autobiography-Sandro-Romney/dp/1910571520

*** Le langage blessé, Editions Albin-Michel.

  

Repères

1958: Naissance à Venise.

1967: Mort brutale (overdose médicamenteuse) de Pegeen. Peggy Guggenheim éloigne Sandro de son père. Le petit garçon vit chez sa tante à Paris.

1978: Brèves retrouvailles de Sandro avec son père.

1979:  Décès de Peggy Guggenheim.

1980: Départ pour New York où il devient notamment l’assistant d'Andy Warhol et ouvre une galerie d’art.

1987: Mariage avec Laurence Tacû  (journaliste et aujourd'hui directrice des Editions de  L’Herne). Naissance de Sindbad

1991 : Naissance de Paloma qui décède du syndrome de la mort subite du nourrisson. Naissances des jumeaux Lancelot et Santiago.

2002: Mort de Ralph Rumney.

2006: 4 mars est victime d’un AVC à Tulum, site maya, dans le Yucatan.

2009: Organise une exposition des oeuvres de son père à Paris.

2011: Monte une exposition de John Armleder à la Collection Peggy Guggenheim de Venise.

2012: Tentative de suicide (médicamenteuse). Est sauvé par son fils Santiago. Décide d’écrire son autobiographie et de vivre pour ses enfants.

2013: Participe à la Biennale de Venise avec le sculpteur allemand Stéphane Balkenhol