ID de suivi UA-65326999-1

24/04/2016

POEMES CHOISIS (52) VAHE GODEL

Comme l'air que nous respirons,
la Poésie nous sera toujours vitale.
Au fil des jours et des saisons, 
voici des textes qui nous semblent répondre
aux interrogations du vingt-et-unième siècle 
et  à notre humaine condition.

 

  

«Rien, en poésie, ne s'achève.

Tout est en route, à jamais». 

 

Andrée Chedid

  

REFUGIE-TOI… 

Godel_Vahe_1.jpg

Vahé Godel à Genève.

Photo: Erling Mandelmann

 

 

réfugie-toi dans mon feuillage

 

écoute l’élégie des oiseaux disparus

 

ne bouge plus

 

ferme les yeux

 

– et du bout de la langue

 

effleure

 

les ailes du silence

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Un arbre chante, L’Aire, 2016.

18:26 Publié dans Culture, Lettres | Lien permanent | Commentaires (0) |

Les commentaires sont fermés.