ID de suivi UA-65326999-1

30/09/2015

POEMES CHOISIS (46) YANNIS R I T S O S

Comme l'air que nous respirons, la Poésie nous sera toujours vitale.
Au fil des jours et des saisons, 
voici des textes qui nous semblent répondre
aux interrogations du vingt-et-unième siècle 
et  à notre humaine condition.

 

«Rien, en poésie, ne s'achève.

Tout est en route, à jamais».

Andrée Chedid

 

Mes chers semblables

 

2304281121.jpeg

 «La poésie n'a jamais le dernier mot. 

Le premier, toujours».

Yannis Ritsos (1909-1990) sous le soleil de Grèce.

 

 

 

 

 

«Mes chers semblables

comment pouvez-vous

encore vous courber ?

 

Comment pouvez-vous 

ne pas sourire ?

Ouvrez les fenêtres.

 

Je me lave à la lumière

je sors sur le balcon

nu

pour respirer à fond

l'air éternel

aux fortes senteurs

de la forêt humide

au goût salé

de la mer infinie.

 

Le monde resplendit

infatigable.

Qu'il soit regardé».

 

 

 

 

 

* Extrait de La Symphonie du Printemps, Editions Bruno Doucey.

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.