ID de suivi UA-65326999-1

11/06/2015

POEMES CHOISIS (47) MAIAKOVSKI

Les années se suivent et la Poésie continue à nous habiter. 
Comme l'air que nous respirons, elle nous sera toujours vitale. 
Au fil des jours et des saisons, voici des textes qui nous semblent répondre aux interrogations du 21 me siècle 
et à notre humaine condition. 

 Tout est en route, à jamais».

 

 Andrée Chedid

 

 

 

Ecoutez!

Maiakovski.jpg

«Il nous faut arracher la joie aux jours qui filent..»

 

   

«Écoutez !

Puisqu'on allume les étoiles,

c'est qu'elles sont à

quelqu'un nécessaires ?

C'est que quelqu'un désire

qu'elles soient ?

C'est que quelqu'un dit perles

ces crachats ?

Et, forçant la bourrasque à midi des poussières,

il fonce jusqu'à Dieu,

craint d'arriver trop tard, pleure,

baise sa main noueuse, implore

il lui faut une étoile !

jure qu'il ne peut supporter

son martyre sans étoiles.

 

Ensuite,

il promène son angoisse,

il fait semblant d'être calme.

Il dit à quelqu'un :

«Maintenant, tu vas mieux,

n'est-ce pas ? T'as plus peur ? Dis ?»

 

Écoutez !

Puisqu'on allume les étoiles,

c'est qu'elles sont à quelqu'un nécessaires ?

c'est qu'il est indispensable,

que tous les soirs

au-dessus des toits

se mette à luire seule au moins

une étoile?»

 

 

 

 

* In Ecoutez si on allume les étoiles..., Editions Le Temps des cerises, Paris.

Lire aussi chez Gallimard/Poésie A pleine voix, Anthologie poétique 1915-1930, traduite du russe par Christian David. Préface de Claude Frioux.

 

Les commentaires sont fermés.