ID de suivi UA-65326999-1

14/03/2015

SYRIE: POEME POUR UN TRISTE ANNIVERSAIRE

La guerre de Syrie a quatre ans. 
Tout commença par des tags hostiles à Bachar el -Assad
que des enfants dessinèrent sur un mur à Deraa.
Alors, la Tunisie, l'Egypte et la Libye s'étaient rebellées contre leur tyran.
Et pourquoi pas les Syriens épuisés par quarante ans de baasisme ?
A ces tags enfantins, Bachar – «le fossoyeur en chef de la Syrie» * –
répondit
par la violence. 
Les chiffres sont cruels: en quatre ans, le conflit syrien a fait près de 220 000 morts.
Plus de treize mille d'entre eux, ont expiré sous la torture
dans les prisons du régime syrien.
Plus de 1 million ont été blessés et près de 3 millions sont aujourd'hui réfugiés 
dans les pays voisins (Jordanie, Liban, Turquie) et en Europe. 

 Face aux intérêts et aux jeux occultes des grandes puissances,
face à aux financiers de Daech et autres islamistes,
que peut la «communauté internationale» 
pour sauver la Syrie et les Syriens ?

En image et en poésie, nous n'avons hélas que notre compassion.

 

enfant rue0385.jpg

Petit réfugié syrien dans les rues de Beyrouth

photo: copyright gf

 

 

LES CORPS INNOCENTS

«Le monde succombe

Aux mains des égorgeurs

En carcan de haine

Qui déciment les corps innocents

 

Puis s'échappant comme l'eau

De toute emprise

La liberté jaillit

Hors du joug des violences 

Et des hantises du temps.

 

Mais qui ramènera

Des contrées

De l'ombre et des glaives 

Ces vies interrompues

Aux lisières de nos vies».

 

Andrée Chedid

 

 

* In Marées IV, Par-delà les mots, Mille et une pages, Flammarion, 2013.

** Editorial d’Angélique Mounier-Kuhn, in Le Temps du 14 mars 2015.

 

Les commentaires sont fermés.