ID de suivi UA-65326999-1

05/12/2014

BERTIL GALLAND (4) LA SAGA D'UN EDITEUR

 L'année 2014 se termine en beauté pour Bertil Galland !
Après s’être vu décerner ce printemps à Bruxelles,
l
e Prix littéraire de l’Académie royale de Belgique, 
l’écrivain-éditeur nous avait ravis avec les deux premiers tomes
de son autobiographie.*  
Nous brûlions de découvrir son troisième tome intitulé 
Une Aventure appelée littérature romande…** et d’y retrouver,
de Corinna Bille à Nicolas Bouvier, de Jean Cuttat à Pierre-Alain Tâche, autant d’auteurs devenus les membres 
d’une «famille». 
Autant dire que, lu et relu, ce livre nous habitera longtemps.


Une Aventure appelée littérature romande comblera ses lecteurs. Les plus attentifs savent déjà la triple vocation de Bertil Galland – écrivain, éditeur, grand reporter –. Dans Les Pôles magnétiques, ils l’ont suivi de 1936 à 1957 entre Leysin, Lausanne, le Grand Nord et l'Italie. L’amour de la littérature et des langues, le goût du voyage transparaissait déjà chez l’enfant en quête d’un Ailleurs.

 

Bertil.jpg

 «Pour un adolescent des années 1940, la poésie n’était pas un état vaporeux. 
  De la typographie à la topographie, elle fut une détermination puissante 
avec des signes précis».

Photo: M. I. copyright: atout

 

De la musique des mots...

Le devinant en profondeur, sa mère lui avait offert une Anthologie des poètes français contemporains. Avait-il cinq ou six ans quand un «pôle magnétique» le persuada qu’il était «l’autre, le rêveur des chemins» ? Très tôt, «la musique des mots» lui «ouvrit les horizons que la guerre avait bouchés» et Galland devint ce qu’il était, de toutes ses fibres: un esprit ouvert, attaché au pays de son père et à la Scandinavie de sa mère. Mais surtout un baroudeur au long cours fou de poésie et curieux du Monde, qui, pour mieux connaître les habitants de la planète, décida d’en apprendre les langues.

 

… aux Cahiers de la Renaissance Vaudoise...

De 1960 à 1983, ce fut une véritable Aventure que Bertil Galland vécut et qu’il nous conte dans ce livre avec affection, tact et rigueur, mais sans angélisme pour autant. Ce passionné de littérature a une vingtaine d’années quand il fait la connaissance de Gustave Roud, Jacques Chessex et Maurice Chappaz entre autres écrivains.

A son retour d’un long séjour aux Etats-Unis, son destin est tracé. S’il sera toujours reporter, ne serait-ce que pour mieux connaître le Monde, il se lancera dans l’édition. Ainsi l'a-t-il décidé après ses cogitations et rencontres avec des écrivains et reporters américains.

Les circonstances s'accorderont à ses rêves. A Lausanne, les éditions des Cahiers de la Renaissance Vaudoise, dirigées par la Ligue vaudoise de Marcel Regamey, sont alors en veilleuse. Galland leur donnera un nouveau souffle. Il y édite le premier livre du poète Pierre-Alain Tâche, puis Corinna Bille, Maurice Chappaz, Lorenzo Pestelli, Nicolas Bouvier, Jacques Chessex…
La floraison ira jusqu’à l’explosion.
Carabas, le portrait autobiographique de Jacques Chessex, scandalisera Marcel Regamey. Sans adhérer à toutes ses convictions, Bertil Galland admire son aîné pour ses qualités intellectuelles et son attachement viscéral au Pays de Vaud. Mais l'esprit de tolérance du «maître» a ses limites...

 

… et aux Editions Bertil Galland

L’Aventure éditoriale de Bertil Galland aurait pu s’arrêter en 1971. Elle se poursuivra en 1972 avec la création des Editions éponymes. Un défi qui n’est pas sans risques. Père de quatre enfants, Galland est seul.
Contrairement à d’autres éditeurs, il pratique l’édition à côté de sa profession de reporter à La Feuille d’Avis de Lausanne puis à 24 Heures. Toute sa famille, femme et enfants, est de l’aventure. Elle participe aussi bien à l’accueil des auteurs qu'à la préparation du service de presse et à l’emballage des colis de livres dans la cuisine familiale car les Editions ne disposent pas de bureaux.
Au quotidien, le monde de l’édition et la vie de famille se chevauchent. Martine Galland a encore dans l'oreille la voix de Corinna Bille qui venait dialoguer dans sa chambre à l’heure du coucher et Julien-le-discret n’a pas oublié Chessex. Enfin, si Bertil et Sylvie Galland appelèrent leur quatrième enfant Corinne, ce ne fut pas tout à fait un hasard. «Ce prénom témoigne que nos liens se sont ancrés au cœur», écrit Galland.
Onze ans après le début de l'Aventure, Bertil Galland est submergé par la tâche et abandonne ses Editions. L'empiètement permanent sur la vie privée aura eu raison de ce défi titanesque pour un seul homme. La plupart des auteurs que Galland a publiés resteront néanmoins ses amis. Certains de leurs livres paraîtront d'ailleurs aux Editions 24 Heures dont il assume la direction littéraire.

 

bg.jpg

luisella.jpg

 

Des bonheurs aux déceptions

Et les «vrais» amis le sont réellement.

Maurice Chappaz fut et demeura «le prince» de la «hiérarchie intérieure» de Bertil Galland et Corinna Bille fut «la femme qui a compté le plus» dans ses «tribulations d’éditeur». 

Il l’avait vue pour la première fois en 1963 à Veyras et l’accompagna jusqu’à sa fin, à l’hôpital de Sierre. Elle l’aima comme un jeune frère et l’admira pour son humanité et son respect.

L'Aventure de Bertil Galland fut ponctuée de révélations (Anne-Lise Grobéty, Jean-Marc Lovay, Lorenzo Pestelli…), de bonheurs, de succès, et d’importants Prix littéraires (le Goncourt pour Chessex, le Renaudot pour Borgeaud et le Goncourt de la Nouvelle pour Corinna). Mais, comme toutes les entreprises humaines, celle-ci fut  aussi entravée par des ruptures et des trahisons. 
Aussitôt qu'il fut édité chez Grasset, Jacques Chessex se montra pour le moins ingrat envers l'ami de ses vingt ans… Dans les bibliographies publiées chez son nouvel éditeur, il «oublia» de mentionner toutes les publications parues chez lui, aux CRV ou à son enseigne et même de gommer Le Portrait des Vaudois qui fut un best-seller..Désormais «Parisien», Chessex ressentit le besoin de tourner le dos à la plupart des  auteurs romands de sa «famille» et mit curieusement des obstacles à leur montée à Paris.

 

Noblesse d'un esprit

Heureusement pour lui et pour ses proches, Bertil Galland ne cultive pas la rancune comme le matérialisme ne figure pas dans ses gènes. Dans Une Aventure appelée littérature romande, nous lisons«Chessex restera dans l’histoire de la littérature, celui qui a signé, sur les écrivains du XX me siècle romand, dans Les saintes écritures, la synthèse la plus significative et les portraits parmi les plus fins». Plus loin, il publie une lettre très émouvante à Michel Moret. Le directeur de L’Aire a édité sous le titre d'Une vie nouvelle*** les lettres que Chessex lui adressa au cours de l’année 2005. La même année où parut chez Grasset Le dernier crâne de M. de Sade œuvre qui se vendit sous cellophane car jugé «scandaleux»...

Par humilité, Michel Moret ne publia pas ses propres lettres et Bertil Galland lui écrit: «Mais c’est bien vous qui avez inspiré chez Jacques le meilleur».
Et pour cela, il lui rend un juste hommage.

Entre «confrères» d’un milieu où la critique est facile, et souvent perfide, ce sont des lignes qui élèvent l'âme et réchauffent le cœur. 
Avec grâce et classe, Une Aventure appelée littérature romande vient d’enrichir le patrimoine culturel de la Suisse. Hâtez-vous de le lire, de le relire 
et de le faire lire! 

CITATIONS

«Je crois aux livres vers lesquels ont longuement convergé les soins. 
Les livres difficiles, comme les enfants impossibles, sont aimés après le temps des affres. Dès lors, dans le fatras des publications, ils vibrent et peuplent les espaces de lecture de leur force secrète».

 

«Les princes de ce livre-ci n’auraient-ils pas le caractère commun de manifester, chacun à sa manière, une souveraineté intérieure, une liberté, constamment blessée et déchirée, contredite par les circonstances, le malheur, la condamnation , mais tracée en destin 

 

 

Repères

Années 1950 : Fait la connaissance de Gustave Roud.

1955: Noue une amitié avec Jacques Chessex.

1957: Voit Maurice Chappaz pour la première fois.
Grâce à l’obtention d’une Bourse, part aux Etats-Unis où il restera quinze mois. Rencontre Henry Miller.

1960-1971: Aux Cahiers de la Renaissance Vaudoise, il édite le premier livre de Pierre-Alain Tâche. Suivront bientôt Corinna Bille, Maurice Chappaz, Jacques Chessex, Jean Cuttat, Alexandre Voisard, Lorenzo Pestelli  et Anne-Lise Grobéty...

1963 : Rencontre Corinna Bille.

1965: Création d’ECRITURE avec Jacques Chessex.

1969: Inaugure aux Editions de La Feuille d'Avis de Lausanne la collection CH pour traductions croisées avec la Suisse allemande et le Tessin. 
Le Prix Georges Nicole  qu'il a créé à l'intention des jeunes écrivains est décerné pour la première fois à Anne-Lise Grobéty et Jean-Marc Lovay.

1970: Lance l’Encyclopédie illustrée du Pays de Vaud aux Editions de La Feuille d’Avis de Lausanne qui deviendront deux ans plus tard les Editions 24 Heures.

1971: Carabas fait scandale et consomme la rupture de Galland avec Marcel Regamey et les CRV.

1972: Création des Editions Bertil Galland. Premier livre publié: Les saintes Ecritures, de Jacques Chessex. Suivront Georges Borgeaud, Nicolas Bouvier, Ella Maillard, Jacques Mercanton, Henri Deblüe, Jean-Marc Lovay, Alice Rivaz, Alexandre Voisard, Jean-Pierre Monnier, Anne Cunéo, Yves Velan. Dernier livre publié: Princes des marges, par Bertil Galland.

1972: En plus de son métier de reporter, Galland  est le directeur littéraire des Editions 24 Heures.

2001: Bertil Galland crée la collection Le Savoir suisse aux Presses Polytechniques Universitaires Romandes. Il en est aujourd’hui le Président.

 

  

* Les Pôles magnétiques,  Editions Slatkine, printemps 2014, 252 p.
Deux poètes du XXI me siècle, William Barletta (Chansons de la déesse d'or) et Lars Gustafsson (Sur l'usage du feu), suivi de Soixante poèmes d'amour, traduits de l'anglais et du suédois par Bertil Galland. Editions Slatkine, 308 p.

** Une Aventure appelée littérature romande, suivi de Princes des marges, destins d’écrivains, Editions Slatkine, octobre 2014, 406 pages. Parallèlement, chez le même éditeur, un magnifique roman Luisella (réédition), 326 p.

 *** Une vie nouvelle, lettres de Jacques Chessex à Michel Moret, Editions de L’Aire, 148 pages, 2009.

 

A paraître aux Editions Slatkine

USA, Chine - Les régions cardinales

L'Europe des surprises

Lieux et figures d'ici


www.slatkine.com

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.