ID de suivi UA-65326999-1

21/10/2013

POESIE POUR UN AUTOMNE: LOUIS ANTOINE CHEDID

HOMO SAPIENS SAPIENS *

 

Louis CHEDID.jpg

copyright photo: rb




«Animal affamé, aux sens limités.

Mais aussi

Dénicheur de pulpe juteuse

Cachée sous l'écorce du fruit,

Devin d'étincelles

Enfouies dans les cailloux,

Sourcier des flammes

Qui battent dans le coeur ?

Animal

Découvreur de tendresse

Sous le rugueux de ta peau

Ignorant l'infini,

Ton propre infini

Hors de l'espace, hors du temps.

 

Mais aussi

Conscient de ta finitude,

Dans l'espace et le temps.

Animal éhonté, imprudent, insolent,

Présent sans autorisation

Cherchant à résoudre l'énigme

De la présence de l'absence

De l'absence du présent».

 

 

Extrait de la revue ANTEMNAE (Rome, 2002), ce poème était précédé de ce préambule:
«Est et non». Dans un de ses trois rêves de la nuit du 10 au 11 novembre 1619, Descartes, alors âgé de 23 ans, entend, au milieu d'une pluie de météores répéter ces trois mots...»


Louis Antoine Chedid 


Ancien Directeur de recherche au CNRS et Professeur honoraire à l'Institut Pasteur, ce brillant scientifique – docteur en médecine et docteur ès sciences distingué à de multiples reprises en France et à l'étranger – est  aussi, et peut-être surtout, un esprit littéraire.
Il est l'auteur d'une autobiographie, 
Mémoires vagabondes (Editions Anne Carrière, 2004) et de nombreux poèmes. A
vec Andrée Chedid, il a signé Le coeur demeure (Stock, 1999) et Babel, fable ou métaphore (Editions Z, Lausanne, 2002).

 

 

 

Les commentaires sont fermés.