ID de suivi UA-65326999-1

30/01/2013

MARWAN HAMADE : PARCE QUE LE SILENCE TUE

Les inconditionnels de la Poésie doivent-ils rester muets
lorsque la liberté est menacée un peu partout dans le monde,
(du  Moyen-Orient à la Russie et à la Chine ...)?
Parce que nous savons d'expérience que le silence tue
,
nous avons choisi de ne pas nous taire. 

 

 

En décembre dernier, LA CITE* publiait l'interview que Marwan Hamadé nous avait accordée l'automne dernier à Beyrouth (voir pages ci-dessous en pdf). Tout récemment, un message dénué de poésie a été adressé à l'ex-ministre et député par l'intermédiaire d'un journal proche du Hezbollah: «Tes jours sont comptés...»  

 

M.H.jpg

Marwan Hamadé attend depuis huit ans que Justice soit rendue.


Photo: copyright gf


Miraculé d'un attentat et menacé!

Pour mémoire, en 2004, le frère de la poète Nadia Tuéni était victime d'un attentat dont il a miraculeusement réchappé. Un an plus tard, c'est son neveu, Gibran Tni, journaliste et éditeur du quotidien An Nahar, qui était assassiné. Peut-être est-ce un fruit du hasard, tous deux étaient de pugnaces adversaires de Bachar el-Assad et des combattants de la liberté. Depuis huit ans, Marwan Hamadé attend patiemment que justice soit rendue...

Selon le Tribunal spécial sur le Liban, ceux qui ont attenté à sa vie seraient les mêmes que ceux ayant tué l'ex-premier ministre Rafic Hariri en 2005. Ils devraient être jugés en mars 2013 à La Haye pour autant qu'aucun grain de sable ne vienne encore s'immiscer dans les rouages de la Justice... 

 

Un anachronisme

A l'ère de la mondialisation et du «progrès», la catégorie des «journalistes» confondant  allégrement information et intimidations n'a ainsi pas disparu.
Au
 mépris de toutes les règles déontologiques, à Beyrouth comme à Pékin et Moscou, des  esprits fanatiques utilisent leur plume pour s'attaquer aux esprits libres. Lorsqu'ils ne les condamnent pas à la mort et à la prison (Olga Politovskaya, Liu Xiaobo...), ils font tout pour les inciter à quitter leur pays natal. 

«On ne vit qu'une fois, mais plus ou moins...» disait Claude Roy.


A tout instant, Marwan Hamadé pourrait choisir de s'en aller vivre sous des cieux plus sereins au lieu de «vivre» sous la menace dans sa patrie. Mais... 

 

«Non, je ne suis pas un déserteur

Du reste, mon siècle ne me fait pas peur,

Mon siècle misérable, scandaleux,

mon siècle courageux, grand et héroïque...»



doit probablement lui souffler Nazim Hikmet ...**  


Si Marwan Hamadé reste au Liban, c'est aussi parce qu'il lui importe de sauver sa patrie.


 

  • LA CITÉ (7 au 21 décembre 2012), numéro 6, An 2. Né d'un père diplomate, issu de la communauté druze, et d'une mère française, Marwan Hamadé est économiste de formation. Après avoir été journaliste et ministre, il est aujourd'hui député du Chouf et reste un ardent défenseur des droits de l'homme.

 02_CITE_06_pages_4_5-1.pdf

 

02_CITE_06_page_6.pdf

 

** Le vingtième siècle, Anthologie complète, 1948 (Temps actuels, préface de Philippe Soupault).

Les commentaires sont fermés.