ID de suivi UA-65326999-1

12/07/2019

PHRASES RETENUES (14) BERNARD OLLIVIER

D'un livre à l'autre, des phrases m'agrippent, me hantent
et me poursuivent quand elles ne m'incitent pas au voyage
et au vagabondage de l'esprit.
Comme la Longue marche de Bernard Ollivier,
qui le conduisit d'Istanbul au Sinkiang.
Seul et à pied...ce dont je serais totalement incapable.

 

Ecrivain et journaliste normand, Bernard Ollivier a 51 ans quand il perd à la fois son épouse, sa mère et son travail. Dix ans plus tard, encouragé par ses enfants, il part vers la mythique Route de la Soie. C’était l’un l’un des rêves de sa compagne trop tôt disparue. Mais l’Amour donne des ailes. Plusieurs livres sont nés de cette longue marche. En voici un passage extrait de Le vent des steppes.

Unknown.jpeg

«La marche exige du temps».

 

«Je marche sur cette route plate, uniforme, sans surprise. Entre les montagnes abruptes au nord et le désert sans limites au sud, je comprends Teilhard de Chardin qui écrivait: «Le Sinkiang est probablement la région la plus fermée de la Terre***». Pour ma part, par mon ignorance des langues qu’on y pratique, je suis enfermé dans une solitude profonde. Aussi, faute de parler aux autres, je me parle à moi-même.

Que suis-je venu chercher dans ce désert ?

Et j’essaie de répondre à cette question qu’on m’a posée si souvent et à laquelle il m’est si difficile de répondre: que suis-je venu chercher dans ce désert et sur les hauteurs de Pamir, au prix de grandes joies et de belles rencontres, certes, mais aussi de peurs et de souffrance ? La sagesse, d’accord. Mais laquelle ? Est-ce cette sérénité ancestrale qu’on prête aux ascètes qui font retraite puisque, après tout, je suis «retraité» ?

 

OLLIVIER-une-1038x576.jpg

Bernard Ollivier accompagné d'Ulysse, le précieux porte-bagages qu'il s'est fabriqué.

Je n’en suis pas sûr pour ce qui est de mon destin. Lentement, au rythme de ma marche d’escargot, grâce aux songeries et à la solitude, la réponse émerge à petits pas. Elle n’est peut-être pas conforme, mais c’est la mienne, celle qui s’est construite au fil des paysages, de la réflexion et des rencontres.

Il est donc urgent de ralentir

Il est bien vrai que je cherche à m’extraire de la folie qui semble envahir nos sociétés. Notre monde va trop vite, comme un fou.

Il est donc urgent de ralentir. Mais je ne veux pas fuir, encore moins cesser d’avancer. 

Je veux juste tenter de vivre au rythme de la pensée. Et la pensée freine cette course à la mort – que l’on confond avec la vie – qui s’est emparée de nos sociétés dites civilisées…»

 

 

 

 

 

* In Longue marche (tome III Le vent des steppes, Ed. Phébus, Paris) retraçant la marche de Bernard Ollivier, seul et à pied, de la Méditerranée jusqu’en Chine par la route de la Soie, 1994. Le livre est disponible dans un coffret Libretto avec les deux premiers tomes:Traverser l’Anatolie et Vers Samarcande.

 

 

** In Lettres de voyage 1923-1939, Grasset, rééducation. Les Cahiers rouges, Paris, 1956.

 

 

24/06/2019

NOUREDDINE ZAZA: UN MEMORIAL

Docteur en pédagogie de l'Université de Lausanne, 

l'écrivain, éditeur et professeur Noureddine Zaza,

fondateur du Parti démocratique kurde de Syrie,

aurait eu cent ans cette année.

Il fut mon mari de 1972 à son décès en 1988

et il est le père de notre fils unique.

Il nous a beaucoup appris.

Un Mémorial hors commerce, en kurde et en français,

accompagné d'un portfolio photographique, 

vient d'être édité.

 

Couverture Zaza OK.jpg

Cet ouvrage peut être à obtenu (au prix de 15 €) 
– à l'Institut kurde de Paris,
106 rue Lafayette 75010 PARIS
– à la Bibliothèque kurde de Stockolm
Kurdiska Biblioteken Gustavslundsvägen 170167 51 BROMMA

Et en Suisse chez l'éditeur au prix de 15 € (port inclus):

Editions Z, Fontenailles 3 1007 LAUSANNE

CH28 0900 0000 9141 5664 5

 

A noter que l'émission consacrée à Noureddine Zaza, réalisée par Gérald Mury et Iggal Niddam, dans LES VISITEURS DU SOIR en 1982 est maintenant en ligne grâce à la TSR et à des mécènes.

 

www.rts.ch/play/tv/visiteurs-du-soir/video/ma-vie-de-kurde--noureddine-zaza?id=10353430

D'autre part, une troisième réédition de l'autobiographie MA VIE DE KURDE, dans laquelle Noureddine Zaza a retracé son parcours, de son enfance au Kurdistan de Turquie, à l'exil en Syrie, aux emprisonnements en Irak et tortures en Syrie jusqu'à ses études et à l'exil en Suisse en est annoncée.

Ce livre a été traduit (la plupart du temps clandestinement) après la mort de Noureddine Zaza en turc, en kurde et en arabe.