ID de suivi UA-65326999-1

11/02/2017

PHRASES RELUES: BERTIL GALLAND

J’ai eu le bonheur de relire 
LES POLES MAGNETIQUES
de Bertil Galland.
Voici pour vous les quelques perles
que j'y ai (re)trouvées. 
 

Bertil 24 ans.jpg

Bertil Galland à 24 ans dans «la sphère à part» qu'il imaginait enfant.

 

Photo: Collection personnelle. 

 

«A quel âge commençons-nous à enregistrer les faits?»

 

«Très tôt, je me suis figuré l’existence d’une sphère à part que j’identifiais, par une simplification naïve, à une vie d’errant, de vagabond, d’explorateur.  Il me semblait que j’en prenais la direction en lisant des poèmes».

 

«Qui mesure les actes et les instants qui compteront dans nos destinées ?
Nous les avons vécus humblement, ici, ailleurs, et jusque dans le déploiement des latitudes, passant de guerres en réconciliations, jusqu’à retrouver fidèlement notre champ au centre de l’Europe».

 

«Même de nos proches, nous ne connaissons ni les secrets ni les ressorts».

 

«Les mots, je les ai chéris dès que j’ai su lire. Je m’attachais à eux. Les strophes qui me touchaient chez un poète, je me mis très tôt à les apprendre pour me les réciter librement. Elles se sont inscrites dans le disque dur. Je me les récite encore».

 

«Fixer des images dans l’échappée du temps, c’était, à l’âge du collège déjà, la présomption qu’il fallait, de cette fuite universelle, retenir quelque chose. Le papier avait cette vertu de recueillir un semblant d’éternité».

 

«Un pôle magnétique, durant mon enfance, m’attira vers l’ailleurs. Il m’a convaincu que j’étais l’autre, le rêveur des chemins. La musique des mots m’ouvrit les horizons que la guerre avait bouchés».

 

«Selon mes voeux d’enfance, je n’ai été qu’un vagabond. Je n’ai fait qu’entrevoir en politique les hautes sphères de la sagesse et celle de la folie. C’est le goût des êtres vivants, non des idées, qui m’a porté. Et la source du pouvoir, je n’ai cessé de la chercher dans des paysages. Coiffé d’un bonnet de cosmographe, j’ai arpenté les continents avec l’espoir adolescent de les voir ensemencés de destinées comme des étincelles».

 

 

* In Les Pôles magnétiques*, Slatkine, 255 p.

 

 

 

05/02/2017

ANDREE CHEDID: 6 FEVRIER 2011- 6 FEVRIER 2017

Andrée Chedid nous a quittés le 6 février 2011
 
après avoir eu le temps, bien que déjà atteinte par la maladie d'Alzheimer, d'écrire un de ses livres les plus déchirants:
L'Etoffe de l'Univers* dont est extrait ce poème.

 

Je me nomme poète

 

thumb_AVEC ANDREE CHEDID 2002 - copie_1024.jpg

 

«Au-dessus du Poète

Il y a la Poésie

Cette langue des dieux

Et par-delà

L’imaginaire est Roi

J’étais le Commandeur

De ce domaine

Devenu mon Royaume

Je me rappelle

Les Mots et les Paroles

Je les traque

Et les retraque

Je les attrape

Puis je les perds

Je les rattrape

Puis les reperds

Ont-ils un sens

Ces Mots ?»

Ces Paroles ?

Quelle importance

Leur nom est Amour

Et je me nomme Poète.»

 

 

 

Extrait de L’étoffe de l’univers (Flammarion, 2010)